Les plateaux à histoires

January 24, 2023


Connaissez-vous les sacs à histoires ?
 
Notez qu'il peut s'agir de paniers à histoires, ou de plateaux à histoires - voire de cartons-de-récup' à histoires, car : peu importe le flacon, l'important c'est ce qu'il a dedans. 😉

Il s'agit d'une invitation pédagogique express, dont la richesse n'a d'égale que son économie : un livre, deux z'ou trois machins pour l'illustrer, et c'est terminé.
 
Ils sont intéressants dans plusieurs situations :
 
Par exemple, si vous lisez à un enfant qui a du mal à rester assis
 
C'est parfois le cas quand l'enfant est très jeune, mais pas seulement ! Il est très difficile de rester statique lorsqu'on écoute, et lorsque ma mère (qui a 70 ans) me lit à haute voix (j'en ai 45), j'aime m'occuper les mains pendant ce temps : je cuisine, couds, fais la vaisselle ... Il en est de même lorsque ce sont mes enfants qui m'offrent leur voix pendant quelques pages : je vaque (du lave-linge à l'établi de bricolage) et il me suivent, livre en main. Ça remplace agréablement la radio, mais franchement : qui reste vautré dans son canapé en écoutant la radio ? 😏
 
Chaque soir, je lis un chapitre de roman à haute voix à mes enfants. Cela fait partie de notre rituel du coucher depuis toujours, et ne venez pas me dire qu'ils sont trop grands pour cela, hein ?! Vous ai-je dis, d'ailleurs, que ma mère, qui a 70 ans, me lit, à moi qui en ai 45 ... 😄 Mais bref. Pendant les lectures partagées, plusieurs options : soit l'enfant est fatigué et se love contre moi sur le canapé. Soit il a besoin  de s'occuper les mains, en dessinant ou en faisant un puzzle. Soit - et c'est une option encore très pratiquée par les préados, il manipule un plateau à histoire. L'idée est toujours la même : des mains actives n'empêchent pas l'écoute, bien au contraire !
 
À l'école, j'ai remarqué depuis longtemps qu'il était souvent inconfortable, pour les élèves, de ne rien faire pendant que l'enseignant lit à haute voix. Les enfants ne savent pas quoi faire de leurs mains (Les croiser, de dé-croiser ? Sous la table ? Sur la table ?), ils ne savent pas quoi faire de leur regard - franchement, fixer le maitre dans le blanc des yeux pendant 15 minutes, ce peut être gênant. Je propose toujours un petit coloriage libre pendant le temps de lecture offerte, qui donne une contenance à ceux qui choisissent de le faire. 
 
En classe, les plateaux à histoires ne sont pas proposés pendant la lecture offerte, mais plutôt sur les petits temps libres - le retour en classe après la récré de midi par exemple. Je lis généralement le livre choisi en lecture offerte en fin de matinée, puis je le laisse à disposition pour relecture autonome avec les petits accessoires sélectionnés. Parfois je m'appuie sur tout cela pour créer une petite séance guidée de langage, mais souvent, je n'en ai pas le temps, et ce n'est pas grave : les enfants savent toujours quoi faire de ce matériel laissé à disposition !
 
À la maison, par contre, l'enfant peut tout à fait manipuler son plateau pendant que vous lisez s'il le souhaite. Si vous constatez que votre enfant a besoin de s'occuper les mains pendant l'histoire du soir, essayez, et vous verrez !

À quoi servent ces plateaux ?

Les "sacs à histoires"  permettent à l'enfant de se "repasser" l'histoire, de la prolonger ou de l'approfondir. En passant par le corps, donc.
 
Dans un cadre scolaire, l'enfant peut l'emporter chez lui (avec l'album !) et manipuler tout cela librement avec sa famille. 

Dans un cadre domestique, il peut y revenir quand cela lui chante, pour remettre l'histoire (ou les notions abordées, s'il s'agit d'un documentaire) "en ordre" dans sa tête. 

Que mettre sur un plateau à histoires ?

Le matériel contenu dans un panier à histoire n'a pas besoin de reprendre exactement les motifs du livre auquel il se réfère. Sa vocation est de permettre d'explorer assez librement les sujets abordés, et plus il est "ouvert", mieux c'est !
 
Prenez ce que vous avez : les livres dont vous disposez, d'abord (fiction ou documentaire), et puis des figurines, des petites voitures, des marionnettes, des Playmobils, des trésors rapportés de balades ... Inutile de fabriquer quoi que ce soit, partez de ce que vous possédez déjà !
 
Dans un cadre scolaire, il est préférable de charger un petit groupe d'enfants de faire l'inventaire du plateau avant la fin de la journée ; j'évite de proposer trop d'éléments, et je pose bien au départ que s'il y a cinq objets sur mon plateau à midi, je dois en retrouver cinq à 15h30. Comme ce sont les élèves eux-mêmes qui se chargent de vérifier que tout y est, ils se sentent investis, et cela évite (dans la majorité des cas, mais pas toujours !) les pertes ou les petits larcins (oh, comme il est tenant de glisser cette petite voiture dans sa poche !). De toute façon, la perte de certains items fait partie du métier, et si on apporte des objets personnels en classe, on sait bien qu'on n'est pas sûr de les récupérer en bon état ... ni de les récupérer tout court. 😏
 
Voici 8 exemples de paniers à histoire, bidouillés avec mes moyens du bord à moi. Ils ne sont pas parfaits, et je ne les pose là que pour vous inspirer les vôtres - d'ailleurs, depuis que j'ai commencé la rédaction de cet article, 3 nouvelles idées de plateaux sont nées dans mon esprit. Je les teste dès que possible !

( N.B. les livres présentés ici ne sont pas des nouveautés. Non : ce sont des classiques. 😉 Et on arrête de râler, là, au fond, parce que je ne vois pas pourquoi ce serait mieux sous prétexte que c'est récent ! Encore une fois, l'idée est de faire avec ce qu'on a, et le fait est que j'ai pas mal de vieilleries, aussi. C'est comme ça.)
 

1. Un livre de géographie et un puzzle "carte". Ici, Mon premier tour d'Europe et le puzzle Vilac "carte d'Europe" (non réédité, similaire ici).


Remarque : Vous connaissez mon amour pour les puzzles de géographie ! Reconstituer soi-même une carte, morceau après morceau, est une excellente façon de la mémoriser, de s'y orienter, et de s'y promener. Même les adultes découvrent toujours mille et un détails qui leur avaient échappé !
 
Âge indicatif : ce plateau s'adresse à des CM1/CM2 du fait du nombre important de pièces du puzzle. En classe, un 300 pièces nécessite plusieurs jours de travail filé. Mais ce plateau peut être proposé dès la maternelle avec un puzzle plus simple ! Et à la maison, tout est possible, puisqu'on a tout le temps et pas trop d'enfants, dont on peut suivre les intérêts à la trace. 😊
 

 2. Dogs, d'Emily Gravett + figurines chiens.

Variantes : le même plateau peut être proposé avec le livre traduit en français.
 
Ces figurines ont été chinées et offertes à Louiselle par sa grand-mère. Elles sont en plâtre, et donc assez fragiles, et je ne me sens pas de les emporter en classe. À la place, il faudrait proposer une collection de figurines canines en plastique - achat prévu ici, mais pas encore effectué !

Remarque : Les plateaux à histoire sont particulièrement pertinents dans le cadre de l'apprentissage d'une langue étrangère où l'importance de la gestuelle et de la manipulation d'objets ou d'images ne sont plus à démontrer ! (Si vous doutez, je vous renvoie à ce mémoire de recherche).

Ce plateau permet de travailler les adjectifs et la description de façon ultra motivante et concrète (quelques idées de prolongements pédagogiques ICI).
 

Âge indicatif : En anglais, le plateau se destine à des CM2, mais dans sa version française, il devient pertinent dès la fin de petite section.

 

Variante : 40 monuments du monde entier (Bam !), plus récent, se prête parfaitement au format de la lecture partagée - une page de lecture par jour, par l'adulte ou l'enfant.
 
Et pour occuper les mains pendant la lecture offerte, pensez aux points à relier spécial monuments ou  au jeu des différences - les plus beaux monuments du monde (assez difficile, plutôt pour des CM2 ou des collégiens).
 
Âge indicatif : tout âge, mais particulièrement intéressant en cycle 3 en prolongement d'un "projet patrimoine".



Remarque : C'est désormais un rituel, lorsque j'ai des CM2 : je leur lis le premier chapitre du tome 1 de Harry Potter. La plupart des enfants connaissent l'univers - entendez : ils ont vu les films. Mais peu l'ont lu, et pour cause : c'est une lecture exigeante, et il faut passer le cap du premier chapitre pour devenir mordu (et non moldu, haha). Leur offrir ce premier chapitre, c'est vraiment semer des graines à la volée ! 😄 Je sais que certains enfants continueront chez eux, et pour ceux qui ne le font pas, ils pourront au moins dire qu'ils connaissent un morceau du texte !

Sinon, j'ai une relation très ambivalente aux Lego en classe. 😁
 
Parfois, j'adore. Ils fédèrent tout le monde, c'est du bonheur à l'état pur
 
D'autres fois, c'est la bagarre (parce que très affectif, et certains enfants ne veulent pas faire ensemble), et on perd toujours un tas de petites pièces ... 
 
Quelques astuces qui m'aident à me détendre :
 
- On propose une petite boite, vite réalisée, avec peu de pièces. Ces "livres-salles de classe" Harry Potter sont parfaites : elles campent l'ambiance du roman en moins de 100 pièces, elles sont réalisées rapidement, et on peut faire un inventaire exhaustif en fin de séance.

- J'achète la boite en double, de manière à posséder un réservoir de pièces en cas de perte. Ce n'est certainement pas une "vraie" solution, mais ça m'aide.
 
- Je passe régulièrement commande au service client de la marque pour renouveler mes boites - j'attends, pour ce faire, d'avoir quelques dizaines de pièces à commander.

Âge indicatif : 10 ans.

 
5. Livre sur les minéraux + collection de minéraux (acquis au fil des ans) + (facultatif) cartes de nomenclature (chez Add fun and mix ou Montessori mais pas que).

 
Remarque : alors, non, je n'emporte pas ma collection intégrale de minéraux en classe ... Seulement quelques uns. Cinq jolies pierres font déjà un plateau magnifique, et les petits yeux pétillent ! Je ne compte plus les élèves qui me disent, à l'issue de cette découverte : "Moi, pour mon aniversaire, je vais commander des pierres !" ❤

Âge indicatif : tout âge, mais attention : en France, les roches et les minéraux ne sont explicitement abordés par les Programmes qu'à partir du collège. En classe, leur manipulation reste pertinente dans le cadre d'un projet (visite d'un musée local des minéraux par exemple). À la maison, c'est une activité doublement intéressante - puisqu'on ne les étudie pas à l'école, justement ! 😏
 

 6. Les quatre musiciens de Brême + figurines Schleich : âne, chien, chat, coq.

Variantes : La version du conte de Richard Scary est celle de mon enfance, mon livre adoré lorsque j'avais 6 ans ! Je l'ai chiné à l'âge adulte par pure nostalgie, mais il existe d'autres interprétations tout aussi sympathiques : celle de Gerda Muller ou d'Amélie Dufour, par exemple.

Quant aux figurines, les Papo sont très belles aussi ! ❤

Remarque : le passage préféré des enfants, le plus symbolique !, est celui où les animaux montent les uns sur les autres pour figurer un monstre et mettre les bandits en fuite. Offrez ce plateau et vous verrez les enfant empiler les figurines pour rejouer cette scène cruciale ! 😊 En proposant une feuille de papier et une source de lumière, on peut inviter les enfants à dessiner la créature chimérique projetée :

Fixez les figurines avec de la patafix

Âge indicatif : fin de CP/CE1.

 
7. Histoire de bulles (livre à imprimer ici) + balle expansible.

Remarque : À la maison, c'est une de nos associations préférées ! Histoire de bulle, qui avait été illustré par mes enfants eux-mêmes lorsqu'ils étaient petits (une excellente activité à mener en classe dès la maternelle, retrouvez le making off ICI !) est toujours relu régulièrement et reste notre support chouchou pour verbaliser nos émotions. 
 
Cette balle expansible en est un excellent prolongement : on visualise une "bulle" (une émotion) et on la fait gonfler/rétrécir, en inspirant (tirant sur la balle pour l'agrandir), expirant (poussant sur la balle pour la diminuer). Cette vidéo sur Instagram (Antonin avait 7 ans) le démontre : c'est du testé et approuvé de longue date ! ❤
 
Âge indicatif : dès 5 ans - et bien au-delà.


8. Jacques et le haricot magique + graines de haricots, coton et pichet.

Variante : il existe de nombreuses versions de ce conte, par exemple celle-ci ou celle-là.

Remarque : sur mon plateau, le pichet est vide. Les enfants se disent, en le voyant, qu'il leur faut de l'eau pour humidifier le coton dans lequel ils ont emmailloté la graine. Ils vont le remplir tout seul à l'évier de la cuisine ou de la classe.

C'est une activité satisfaisante, car les graines de haricots (magiques ?) germent vite et facilement. Bien sûr, il faudra proposer aux enfant de les planter dans un second temps (et donc prévoir des petits pots, des billes d'argile, de la terre et du terreau).
 
Âge indicatif : 7/8 ans (CE1/CE2).

❤❤
 
C'est fini pour aujourd'hui, mais je ne me ferai pas prier pour poster d'autres plateaux de ce type si vous me le demandez gentiment. 😊 Si cet article vous inspire quelques associations autour de votre matériel à vous, n'hésitez pas à venir les décrire en commentaire ! Et si vous les publiez sur les réseau sociaux, taguez-moi, de façon à m'inspirer à mon tour ! 

Bonne semaine à tous, prenez soin de vous ! 🙏

You Might Also Like

3 comments

  1. Un très grand merci pour cet article très inspirant !! Avec grand plaisir pour de nouveaux plateaux !

    ReplyDelete
  2. Bonjour oui oui oui plein de nouvelles idées de plateaux livres :))) je fais les sacs a albums dans ma classe c'est très complémentaire !

    ReplyDelete
  3. Merci beaucoup pour cet article qui nous rappelle leur besoin de mouvement. Je comprends maintenant mieux ma fille de 8 ans qui fait la chandelle ( ou des abdos) lors des passages à suspense pendant la lecture offerte. En fait elle ressent l’histoire.

    ReplyDelete