dimanche 21 janvier 2018

La mort, etc. (2)


"Moi, dit Louiselle, 5 ans et demi, je serai invitée à ton enterrement, Maman. Mais toi, tu ne seras pas invitée au mien. Parce que tu seras déjà morte.

- Ben, oui, rétorque Antonin, 7 ans. D'abord, ce sont Papy et Mamie qui vont mourir, parce que ce sont les plus vieux. Ensuite, ce sera Mamayou, puis Papa, puis toi, puis moi et Louiselle en dernier."

"Sauf si, ajoute-il après une légère pause, on meurt d'accident ou de maladie".

Le ton de la conversation est badine, et mes enfants sont loin de réaliser le gouffre d'angoisse qui, dans le monde des adultes, réside dans ce "sauf si". Puisqu'on meurt lorsqu'on a fini sa vie, l'ordre des décès est régi par un algorithme rigoureux - décalque logique de l'ordre des naissances. 

Mes enfants parlent de la mort très souvent - nous avons sur le sujet une belle discussion hebdomadaire, au moins. L'absence totale d'inquiétude qu'elles contiennent n'est pas sans m'émerveiller... 

Il faut dire qu'à la campagne, la mort est partout. Chaque petit cadavre découvert est l'occasion d'un vrai chagrin - et d'une forte impression. Le regard des morts, en particulier, a quelque chose qui ne trompe pas. "Un mort, c'est un mort, dit Antonin, ça se voit tout de suite." "Est-ce qu'on meurt toujours les yeux ouverts ?" demande Louiselle ? Il semblerait que oui. Et puisque je n'ai pas encore le cran de fermer les paupières figées des tourterelles, campagnols et lézards, nous les enterrons ainsi. Yeux dans les yeux.

Car la mort est aussi l'occasion d'une authentique joie : l'enterrement ! Notre jardin se couvre de tombes dérisoires, creusées et décorées par les enfants. Ils savent exactement où repose qui, et se souviennent de chacun.

Pendant ce temps, les adultes font de leur mieux pour ne pas écrabouiller les frêles croix de bois et se réjouir de vivre parmi tant de bons esprits.

Veillez sur nous, petits fantômes de nos jardins ! 🙏

P.S. Il y a deux ans, j'écrivais déjà un article sur la manière dont mes enfants, 3 ans et demi et 5 ans alors, abordaient la mort. S'il vous plait de le (re)lire, il est ICI.
lire la suite ...

dimanche 14 janvier 2018

Une année pour donner envie d'apprendre


Ça y est, la date de parution de mon deuxième livre est arrêtée ! 😄 

Cela me fait un peu drôle, car dans les faits, les textes sont encore dans mon ordinateur ... ou dans ma tête, car il me reste un petit quart à rédiger d'ici fin février. Vous pensez comme je suis en plein rush en ce moment ... et pas du tout en train de me réjouir à l'idée du produit fini ! 😄 

Lorsque je suis en phase d'écriture de livre, je me régale, mais je n'ai plus aucun temps libre. Deux métiers à plein temps, lorsque les journées ne font que 24 heures et qu'il y a "tout le reste" à gérer, c'est sûr : c'est dur. Pour que tout puisse rentrer (et en particulier, le temps consacré aux miens), on s'organise.

Le dimanche, par exemple, comme aujourd'hui qui s'achève, est synonyme pour moi d'une grosse journée de travail, puisque mon Homme peut gérer largement les enfants.  Nous prenons le petit déjeuner tous ensemble, puis je file écrire jusqu'à la fin de la matinée. Les enfants font de la musique ou des jeux avec leur Papa, lisent ou jouent librement. Je reviens faire à manger, nous passons à table, puis mon Homme emmène les enfants faire une très grande promenade jusqu'à l'heure du goûter, pour que je puisse travailler. Lorsqu'ils reviennent, je me rends disponible pour un jeu, une lecture partagée ... A 17h30, les enfants prennent leur douche (toujours supervisés par leur Papa), pendant que je lance le dîner. De 18h à 19h, c'est mon cours de musique hebdomadaire (mon Homme est mon professeur !), les enfants ont pour consigne de ne pas nous déranger et de jouer dans leur chambre. 19h, je termine rapidement le dîner, nous passons à table. Suit la toilette, la lecture et une petite séance de sophro avec les enfants (je vous en reparlerai), qui sont couchés à 20h30. Je me remets au travail jusqu'à ce que je m'écroule devant l'ordi. Mon homme essaie de m'attendre en travaillant son piano ou en regardant un film (avec casque dans les deux cas). C'est dense, mais l'essentiel est que chacun parvienne à passer du temps avec chacun. Le boulot, c'est important. Mais notre vie qui passe l'est encore plus !!! ❤️ 

Et ce livre, donc ?

Ce volume se consacre aux 6/12 ans, pour lesquels il n'existe pas grand chose, je trouve, en terme de pédagogie domestique. Au programme ici : Lecture, Écriture, Mathématiques, Sciences, Arts, Histoire et Géographie. Le tout en adéquation avec les pédagogies alternatives ludiques que j'utilise au quotidien. J'espère que vous aurez autant de plaisir que nous à réaliser les très nombreuses séances de ce gros gros livre et j'ai hâte de vous le faire découvrir plus avant ! 

Cela vaut bien quelques nuits blanches, non ? 😊   
lire la suite ...

mercredi 10 janvier 2018

Fêtes des saisons : Sommaire


Lorsque mes enfants étaient âgés de 2 et 3 ans, j'ai ressenti le besoin d'ancrer ma famille dans des traditions qui ne m'avaient pas été transmises ... Je décidais alors, vous vous en souvenez peut-être, que nous fêterions chaque équinoxe et chaque solstice.


J'avais un peu peur, alors, de m'isoler dans une espèce de lubie : car enfin, QUI fête les saisons de nos jours ???

"Maman, la Nounou nous a dit qu'on était les seuls à fêter les saisons ?!"

Forcément, ça devait arriver. Et même si cette phrase est lancée avec légèreté par les enfants, qui, de toute façon, se contre-fichent (pour le moment) d'être les seuls ou non dans la mesure où EUX adoooorent célébrer les saisons, je ressens une petite pointe au cœur. Aïe, cette fichue impression d'élever mes enfants hors du monde. En décalage. Et cette petite peur qui va avec - peur qu'ils souffrent un jour de n'être pas "comme tout le monde" ...

Tâchons de considérer les choses avec objectivité. Mon entourage exprime parfois des réactions de surprise, donc. Soit. Mais finalement, en y regardant de plus près, je dirai qu'au contraire, ces petites fêtes "à notre sauce" nous connectent au reste du monde. Car enfin, ouvrez les yeux : TOUT LE MONDE fête les saisons (sauf notre Nounou, soit).

La preuve ? Les Schtroumpfs. 😊 Leurs aventures sont tissées de fêtes saisonnières. Trois albums sur quatre commencent par une grosse fiesta d'équinoxes - qu'ils semblent préférer aux solstices, oui, oui, j'ai étudié la chose d'assez près. Ha, alors, vous voyez bien qu'on n'est pas les seuls, hein ?

Hein ?

Bon, mais il n'y a pas que les Schtroumpfs. Une poignée de minorités, depuis l'aube de l'humanité et dans tous les endroits du globe, célèbrent les changements de saisons. Par exemple, en vrac, les Celtes, les Égyptiens de l'Antiquité, les Chinois anciens et modernes, tous les Chrétiens quelle que soit leur confession, les Aztèques, les Incas, les Mayas, les Étrusques, les Maures, les Arabes, les Perses, les Hommes et les Femmes du Moyen Age, et ceux de la Préhistoire. Des minorités, vous dis-je. 😊


Pour moi, fêter les saisons, c'est d'abord me sentir reliée à la Terre. Qui daigne nous porter, nous et nos petites familles, et dont les cycles naturels laissent en nous des empreintes si subtiles ... Elle mérite bien qu'on la célèbre ... au moins quatre fois dans l'année !!

C'est aussi une manière de m'ancrer dans une Culture ancestrale mondiale. Il s'agit peut-être d'une "nouvelle tradition", un peu excentrique, aux yeux de certains, mais pour nous, c'est le contraire. C'est l'occasion d'une véritable communion humaine, qui se fait au-delà du temps, de la géographie ou des religions.

Et sans aller si loin : je me sens reliée à vous ! Car nombreuses sont les familles (et même les classes !) qui m'écrivent pour me dire qu'elle célèbrent les saisons. Et que ça leur parait tellement simple, logique, et bénéfique. 💓

Isabelle Simon, Petites déesses et petits dieux

C'est une véritable communauté qui se construit autour de ces fêtes qu'il nous fait tant de bien de ressusciter !

C'est bientôt la Nounou des enfants qui va bientôt se retrouver "être la seule qui ...", je vous le dis, moi ! 😉

Je n'ai pas consacré d'articles cette année à nos fêtes des saisons. D'abord par manque de temps, mais surtout parce qu'elle sont assez répétitives. Mais comme je reçois beaucoup de questions les concernant lorsque je les évoque, je voulais, dans l'article du jour, concentrer tous les liens vers les articles les décrivant.

Sommaire des articles "Fête des saisons"


(Cliquez sur les intitulés pour accéder aux articles)

Équinoxes de printemps

- De nouvelles traditions.
- Fête du printemps 2014.
- Fêtes du printemps des lectrices 2014.
- Fête du printemps 2015.
- Fête du printemps 2016. 
- Fêtes du printemps 2017 - 2018.

Solstices d'été

- Fête de l'été 2014. 
- Fête de l'été 2015.
- Fête de l'été 2016.

Équinoxes d'automne 

- Fête de l'automne 2014.
- Pour 2015, allez lire aussi la fête des Deux Louveteaux Homeschoolers ICI...
- ... et celle de Crapouillotage LÀ.
- Fête de l'automne 2018.

Solstices d'hiver

- Fête de l'hiver 2014.
- Fête de l'hiver 2015. 
- Fête de l'hiver 2016.

Et puis, et puis, je posterai peut-être tout de même les photos de nos fêtes saisonnières 2017 ... si vous n'êtes pas fatigués de voir des photos de lutins, de pique-niques, de feux de camp et de sablés ... Car oui, c'est un peu toujours la même chose, mais c'est aussi ce qui est bon ! 😊

Je vous souhaite à tous de belles reconnexions - qu'elles soient saisonnières ou non !

À très bientôt !
lire la suite ...

jeudi 4 janvier 2018

Le top des cadeaux de Noël !




Alors, je suis sûre qu'à la vue de cette sélection, vous ne devinerez pas du tout quelle est la passion de Louiselle depuis plus d'un an maintenant ? 😄 Non, hein ? Allez, je vous donne un petit indice ICI ...😄

Du coup, concernant la Damoiselle, il est très facile de réussir un cadeau : si il y a un "vous-savez-quoi" dedans (avec des ailes et/ou une corne, c'est encore mieux ...), c'est bingo. Toute la famille a largement exploité cet engouement, des Legos aux figurines en passant par les peluches ... Et sans surprise, la Damoiselle fut comblée.

Pour Antonin, les choses sont nettement plus compliquées. Ses stocks de trains Brio ou de Playmags, auxquels il joue beaucoup, sont largement suffisants pour alimenter ses jeux. Les Legos, à notre grande surprise, ne remportent pas un engouement formidable : si le Damoiseau construit avec plaisir, il n'aime pas détruire son travail. Comme il ne joue pas, à proprement parlé, avec les Legos, il a tendance à s'en détourner dès que les constructions sont achevées.

Lorsqu'on lui demande ce qui lui ferait plaisir, il répond invariablement : "Des surprises !". 😄 J'avoue que la tâche n'est pas toujours aisée ... Mais cette année, entre l'élevage de triops offert par l'Oncle Sèv, et le tapis de jeu en laine feutrée de Grand tante Annie,  je crois qu'il a été comblé. Et bien sûr, les livres, les puzzles et les jeux de société restent des valeurs sûres ... Mention spéciale pour le hockey de table offert par l'oncle Flo, qui permet de belles rigolades en famille !

Et chez vous, quels sont les jouets favoris de vos petits ? Est-il facile de leur faire plaisir ?
lire la suite ...

mardi 2 janvier 2018

Premier récit (avec un peu de grammaire dedans)


Une invitation/provocation, en pédagogie, ce n'est pas forcément une installation complexe. Parfois un tout petit changement dans l'environnement de l'enfant va l'amener à travailler différemment. La preuve chez nous, la semaine dernière. 😊

Lundi :

Je mets à disposition des enfants de toute petites chutes de papier à dessin que je rechigne à jeter. Elles mesurent entre 5 et 10 cm de côté et je ne vois pas trop qu'en faire. Je suis loin de me douter alors que ce petit bout de matériel va engendrer un grand projet. 😊

Ma première constatation, quelques heures plus tard, c'est que ça plait. Les deux enfants sont penchés sur le papier, ce n'est que conciliabules et éclats de rires. Antonin est armé d'un beau feutre à dessin chipé à son Papa. Ma foi, cela m'a tout l'air d'un chouette moment entre eux : les enfants sont dans leur délire - comme bien souvent, et j'avoue que je le remarque à peine, sur le coup. 

Mais quelques heures plus tard, en retrouvant les productions, je constate que ce format inhabituel a induit chez Antonin des dessins finement travaillés, détaillés, d'où il ressort une énergie rare (cf. illustration ci-dessus).

Nous décidons donc de coller immédiatement tous ces petits morceaux de dessins sur une grande feuille blanche, afin de les conserver dans notre port-folio. Antonin appose la date au dos de l'œuvre, fièrement, comme d'habitude (à l'aide de son dateur chéri, vous en ai-je déjà parlé ?).

Mardi :

Le dessin, bien sûr, traine. Il n'a pas été rangé tout de suite. Nous hésitons à l'afficher quelque temps quelque part - peut-être sur le réfrigérateur, ou dans la chambre d'Antonin. Il nous semble qu'il en vaut la peine, mais pour le moment, il traine.

Louiselle tombe dessus et s'y penche, se remémorant sans doute le bon moment de la veille, et se met à raconter les dessins de son frère. Soudain, quand on l'écoute, ils semblent tenus par une unité, un peu comme les vignettes d'une BD. Antonin et moi sommes attentifs, une idée se fait jour dans ma tête... Mais je préfère attendre un peu. De toute façon, il est l'heure d'aller dormir. 😊

Mercredi :

Je reprends la feuille - qui traîne toujours, et demande, un peu solennelle : "Vous vous souvenez de l'histoire que Louiselle racontait hier en regardant ce dessin ?". Moui. Ils se souviennent. Peut-être un peu. Pas bien. Bon, je déclare qu'on va essayer de coucher par écrit l'histoire que racontent ces chouettes dessins. Que je vais prendre leur récit en note, parce qu'on va commencer à écrire une histoire.

Comme très souvent dans cette situation de passage de l'oral à l'écrit, l'imagination des enfants semblent bridée. Ils essaient de formuler les images qui traversent, fulgurantes, leur imagination colorée. Mais ils y parviennent mal, et s'accrochent au figuratif : le dessin. Leur discours verse dans le descriptif : "Il y a un pirate ... et un escargot ... et une maison ....".

Pour l'adulte, il y a un côté un peu désespérant, que je connais bien pour l'avoir souvent éprouvé en classe : quoi ? Où est passée le récit foisonnant de la veille ? Mes enfants ne sont-ils même plus capables de produire des phrases ?

Je le sais bien : écrire est, depuis mon enfance, ma passion et ma croix. Je sais que ce n'est pas facile, oh ! Je sais que tout texte, aussi satisfaisant qu'il soit à l'état final, a d'abord émergé en l'état d'embryon. Une suite de noms. Par exemple.

Allons-y pour des noms. Ça tombe bien, Antonin sait parfaitement ce que c'est, un nom - et Louiselle a déjà rencontré cette notion à travers les travaux de son frère, elle ne lui est pas inconnue. Recueillons donc ces noms pour ce qu'ils sont : la condition de possibilité de notre histoire, notre point de départ.

J'attrape une feuille de papier et trace un beau tableau. J'intitule la première colonne "Noms" et je pose la question aux enfants : "Alors, redis-moi et j'écris. Qui est-ce, là, sur tes dessins ?". Je note, scrupuleusement, sans rien changer.


Je relis tout cela et conclus : "Voilà, tout ça, ce sont des noms. Notre histoire va parler de ces personnes et de ces objets. Maintenant, j'aimerai en savoir un peu plus sur eux. On va ajouter des adjectifs : tu vas me dire comment chacun de ces objet, chacun de ces personnages, est."

Et zou : "Il y a un pirate. Comment est-il, ce pirate ? - Méchant. Bien. Et ses amis, commet sont-ils ? - Méchants aussi. - Donc, j'écris "méchants". Et l'escargot ?". La deuxième colonne se remplit, et je termine en relisant le tout, sans commentaire : "Donc, on a : le pirate méchant, les amis du pirate méchants, un escargot gentil...".

"Super. Et maintenant, tu vas me dire ce qu'ils font. Je réserve une colonne pour les verbes, tu vois ?"


(N. B. En vrai ce sont des groupes verbaux plutôt que des verbes. Tant mieux, c'est plus riche)

Laissons tout cela décanter. De toute façon, il est l'heure d'aller dormir. 😊

Jeudi : 

Je reprends notre tableau : "Aujourd'hui, on va écrire notre histoire, celle à laquelle on travaille depuis plusieurs jours déjà". Je lis chaque ligne, à la suite, comme je le ferais de phrases. Puis je propose de me faire secrétaire : "Observe ton dessin, il va t'aider à raconter l'histoire. Moi, je note ce que tu me dis. "

La magie opère : Antonin est lancé. Loin d'être prisonnier de nos notes, il énonce un texte qu'il a eu le temps de mûrir. Il ne fait que deux phrases, me direz-vous. Mais elles sont fort complexes. De la prise de note à la production finale, le travail de l'auteur s'est accompli. In fine, nous sommes face à une histoire ... brève, mais construite. 😊


Le fait que je me fasse secrétaire et prenne en charge la copie du texte énoncé libère Antonin, qui a 7 ans depuis trois jours, d'une surcharge cognitive. Il se concentre sur la production, sans se soucier de l'encodage. Dans un second temps, il copie son texte fièrement sous ses dessins - ce qui explique l'absence d'erreurs orthographiques, inévitables à son âge en  situation de production libre.

Et moi, je suis heureuse de vérifier ce que je crois depuis longtemps : que la grammaire n'est pas une science désincarnée et glacée qui n'a été théorisée que pour enquiquiner les écoliers. Mais qu'elle est un outil merveilleux qui aide des hommes à structurer et à exprimer leurs idées. Et à écrire. 

Voilà donc où nous ont mené nos petites chutes de papier à  dessin ... Heureusement que je ne les ai pas jetées ! 😊
lire la suite ...