Tables de multiplication : Quel matériel ?

January 12, 2022


Le monde se divise en deux catégories : les gens qui mémorisent leurs tables de multiplication sans les avoir jamais apprises, et ceux qui doivent transpirer un peu (ou beaucoup) pour les retenir.

Notre famille se divise en deux catégories. 😊 Antonin, à 7 ans, connaissait ses tables à l'envers, à l'endroit et en travers, sans que nous n'ayons jamais eu besoin de lui faire réviser quoi que ce soit. C'est comme s'il avait une connaissance intime de la relation des nombres entre eux, cet enfant. Pff. La chance. 😅

Les tables de multiplication furent le plus grand cauchemar de ma scolarité élémentaire. Ce que j'ai souffert ! Les heures que j'ai passées penchée sur ces tables hermétiques !! Et tout ça pour quoi, au final ? Pour les connaitre assez mal. 😄

Il semblerait que Louiselle appartienne à la même catégorie de personne que moi. Pour elle (comme pour la majorité des apprenants, d'après ce que je constate !), l'apprentissage des multiplications se fait sur le long terme, dans la répétition incessante. Et pourtant, je suis heureuse de vous annoncer qu'elle aime apprendre ses tables, elle ! Et puisqu'elle les aime, elle les sait mieux que moi au même âge - qui ne les aimais pas ... 😏

Alors, je le proclame : cessons de torturer les enfants avec les tables de multiplications ! Cessons de dire qu'ils sont "nuls en calcul" sous prétexte qu'ils n'ont pas encore automatisés tous les produits de base ! Il est normal d'avoir à repasser, encore et encore, ses tables de multiplication, et c'est généralement un savoir qu'il faut réactualiser tout au long de sa vie. Tant qu'à faire, autant le faire en s'amusant, vous ne croyez pas ?
 
Avertissement 1 : Avant d'amener les résultats "tout cuits" aux enfants, il est important qu'ils aient  construit le sens même de  la multiplication. C'est l'objectif poursuivi à travers les activités de manipulation (montessorienne ou non). Assurons-nous que nos enfants savent calculer les produits logiquement, avant de les mémoriser par cœur ! 
 
Si cette partie de l'apprentissage vous intéresse, faites-moi signe, je la développerai dans un autre article ! 😊
 
Mais pour aujourd'hui, nous sommes d'accord, il s'agit de la mémorisation bête et méchante de ces fichues tables. E basta

Avertissement 2 : Si vous cherchez un article sur la progression strictement montessorienne de la mémorisation de la multiplication, vous n’êtes pas au bon endroit et je vous renvoie à l'article consacré rédigé par L’École des amours, il est parfait ! 

Pour ici et aujourd'hui, je vous préviens : on mange à tous les râteliers. 😊
 
Avertissement 3 : Aucun matériel n'est magique !! L'étayage de l'adulte, qui s'investit à fond, donne de son temps et de son énergie, est capital ; l'apprentissage des tables ne se fera pas "tout seul" avec les supports que je vous présente aujourd'hui ! 
 
Mais il y a de fortes chances pour que l'un d'eux au moins correspondent au profil de votre enfant, vous allez voir ! D'autant que je précise pour chacun d'eux le type d'apprenant auquel il pourrait plaire, selon les profils cognitifs de chacun ... Ce n'est pas une science exacte, mais ce peut être un guide si vous souhaitez faire un achat !
 
Pour mémoriser les tables de multiplication, nous utilisons :
 

1. Un matériel en bois : une table à manipuler

 
Antonin, 7 ans

Le premier matériel relatif aux tables avait été offert aux enfants par leur grand-mère, quand Antonin était tout petit. Il avait été acheté à Lidl, je crois !, et se présente sous forme d'un tableau en bois, couvert de petits rouleaux qui pivotent sous les doigts. C'est très sensoriel ! Sur chaque rouleau sont imprimés, en couleur contrastante : les termes du produit à mémoriser (5 x 5) et, de manière diamétralement opposée, son résultat  (25). Les deux ne sont jamais visibles en même temps.
 
Vers 6 ou 7 ans, Antonin s'est pris d'amour pour ce matériel. Je me souviens que lors de nos longs voyages en voiture, c'est lui qu'il choisissait d'emporter pour s'occuper !! 😄
 
En situation d'apprentissage, on peut utiliser ce tableau pour réviser agréablement, sur le principe des devinettes.


 

 

Cette table-là est encore plus pertinante, à mon sens, car elle est à construire par l'enfant ! On peut aussi mettre tous les petits cubes dans un sac et les tirer au sort. Si l'enfant donne la réponse exacte, il place le cube sur le support. Sinon, il replace l'élément dans le sac. Le jeu se poursuit sur plusieurs jours - jusqu'à ce que le plateau soit rempli.
 
Pour qui ?
 
Parfait pour les enfants à l'intelligence spatiale développée, et pour tous ceux qui aiment apprendre dans l'interaction du jeu. 
 

2. Un matériel en bois (again) : le cercle Waldorf

 
Louiselle, 7 ans

 
Notre deuxième matériel, d'inspiration Waldorf, a été commandé sur Etsy, auprès de l'artisanne AllAlive : c'est une sorte d'horloge, balisée de chevilles, sur lesquelles l'enfant enroule ficelles, laines ou élastiques.  Chaque publication sur Instagram la concernant déclenchait une myriades de questions et de commentaires ! Je me permets de vous renvoyer à mes blogueuses chouchous, qui l'ont largement présentée, bien mieux que je ne pourrai le faire :

 
 
 
 
Note : au moment de ma commande, j'avais demandé à AllAlive d'ajouter un picot central, ce qu'elle fit très aimablement. Ce petit détail permet d'explorer les fractions aussi, et c'est une fonctionnalité que Louiselle exploite beaucoup en ce moment, à 9 ans ! 
 
P. S. Si vous voulez savoir ce que Louiselle a fabriqué sur la photo ci-dessus, je vous renvoie à la publicaion consacrée ! 😉

Pour qui ?
 
Il s'agit d'un matériel très efficace sur les enfants kinésistes - à utiliser conjointement à d'autres exercices de mises en corps. L'obtention de figures géométriques marque l'esprit, et permet de visualiser les tables autrement. À préconiser donc chez les petits créatifs et autres "visuels" - ainsi que les enfants qui aiment travailler seul, en silence, dans "leur bulle".

 

 
 
Aaaah, si j'avais eu ce matériel étant enfant, mon apprentissage en aurait été transformé !! 😄
 
Pour tous ceux qui, décidément, ne parviennent pas à construire de liens logiques entre les produits, on laisse tomber, et on tente autre chose : ici, il s'agit simplement de raconter de petites histoires - une pour chaque produit à mémoriser, illustrée par une image mentale. 

L'enfant commence donc par mémoriser des petits scénarios - souvent tirés par les cheveux au possible, mais ce n'est pas un frein, au contraire ! Au fur et à mesure de l'apprentissage, l'image mentale vient se substituer au scénario, et s'invite immédiatement dans l'esprit de l'apprenant lorsqu'il rencontre un produit : il CONNAIT alors ses tables, et sait fournir un résultat du tac au tac.
 
Le coffret est très complet : des cartes à manipuler pour construire les tables, un cahier d'activités "au pas à pas", très bien fait. L'enfant peut le réaliser entièrement, ou se concentrer sur les produits qui lui posent problème - un conseil : faites des photocopies ! 
 
Les cartes peuvent être utilisée par réviser "au hasard" : l'enfant en pioche une, et fournit le produit. Le livret est feuilleté régulièrement pour se remémorer les petits scénarios des produits les plus fragiles. 

Attention à l'attrait des vidéos : ce n'est pas parce que votre enfant les repasse en boucle toute une après-midi qu'il connaitra ses tables ! Les petits dessins animés sont surtout là pour vous initier (adultes et enfants) aux petites histoires derrière les pictogrammes. Visionnez-les une fois, deux fois, puis laissez-les de côté et racontez vous-mêmes, avec votre enfant, à partir des cartes : ce sera autrement plus efficace ! En règle générale, il en est de ce matériel comme des autres : il n'est pas magique et suppose d'être repris régulièrement.

Pour qui ?
 
Les enfants à dominante verbale, et imaginative : ce matériel est parfait pour moi ! 😄

 

 

Enfin un jeu de calcul mental exigeant vraiment ludique !! Quelle gageure de concilier ces deux aspects !!
 
Attention, il s'agit d'un jeu difficile : en réalité, ce ne sont pas les tables de multiplication que l'enfant travaille ici, mais les tables de division. La procédure mentale sous-jacente pourrait-être formulée ainsi : quels sont les termes que je peux multiplier entre eux pour obtenir ce résultat présent sous mes yeux ? Des multiplications à trous, en somme ...

Même si votre enfant n'aime pas calculer, ce joli jeu, aux grandes cartes de qualité, pourrait lui plaire, malgré la difficulté ... N'hésitez pas à l'essayer !
 
Alors, c'est sûr : ce n'est pas drôle de jouer avec Antonin. Il va si vite que je suis complètement dépassée. Mais nos parties en duo avec la Damoiselle sont bien équilibrées. Nous ne nous mettons pas la pression, et prenons le temps de verbaliser toutes nos procédures mentales. On réfléchit à voix haute, et ce faisant, on récite nos tables ! 
 
Mention spéciale pour les règles évolutives, qui permettent de se concentrer sur les tables inférieures à 5, supérieure à 5, ou de jouer avec toutes les tables mélangées.
 
C'est un grand coup de cœur, très très agréable en classe comme à la maison !

Pour qui ?

Les petits logico-mathématiques seront aux anges, bien sûr, mais le jeu plait aussi aux enfants imaginatifs happés par l'univers du jeu. Pour tous ceux qui aiment jouer et apprendre en interagissant avec des tiers !!

5. Un DIY : Une table de Pythagore

 
Antonin, 6 ans
 
Bon, c'est un classique, mais on ne s'en lasse pas ! Cette présentation en "carré" est vraiment intéressante pour plusieurs raisons :

1. Elle est succincte. Tout entre dans une grille , et pour les esprit mathématiques les relations en ligne, en colonne, et en diagonale, font sens. À accentuer par des couleur, et à afficher fièrement au-dessus de son lit ! 
 
2. Elle se prête à tout un tas d'observations : quels sont les résultats qui apparaissent plusieurs fois ? Dans quelles circonstances ? Que peut-on en déduire ?
 
3. Elle peut être renseignée par l'enfant. Voilà un exercice qui peut être fait et refait - tous les jours, même, pendant une période sensible - jusqu'à la fin du cycle 3 sans soucis.

 
Pour qui ?

Les enfants à l'intelligence spatiale et logique, mais aussi les petits artistes, qui aimeront s'approprier ce support !

 

Quel livre merveilleux !! ❤
 
Il fait partie de nos classiques - le type d'ouvrage auquel on revient encore et encore ...
 
De grandes pages cartonnées, des rabats à toute épreuves : c'est ludique, c'est coloré, c'est parfait pour illustrer une situation, construire une image mentale dans sa tête. Les auteurs sont très forts !! Multiplier des chiens, des chevaux ou les marches d'escalier d'un donjon du Moyen Âge, y pas à dire : ça fonctionne du tonnerre pour ma Damoiselle ! 😊

Un must-have, qui plait aussi beaucoup en classe à partir du CE1 !

Pour qui ?

Pour ceux qui aiment lire, et se raconter des histoires à partir d'images ou de petites situations simples. Pour ceux qui aiment manipuler, ou qui ont besoin de compter sur leurs doigts. Pour les enfants chez qui l'intelligence spatiale est dominante.

❤❤

J'espère que ces pistes seront utiles à quelqu'un, mais n'oubliez pas le mot de la fin :

Les tables de multiplications ne sont pas là pour faire souffrir !!


Non, non, non ! 
Elles ne sont pas l'étendard sanglant de la tyrannie !!
Liberté, j'écris ton nom !
Non à la dictature !!
 
(Hum, pardon, le climat socio-politique m'embrouille un peu l'esprit, ces derniers jours ... 😵)
 
Bref : 
 
Injectons dans les tables de multiplication un peu de jeu, de légèreté (et une jolie dose de répétition) et pour le reste ...

Ma foi, elles seront mémorisées comme elles devront l'être. De manière différente dans chaque petit cerveau. 
 
Et c'est ça, qui est beau. 😊

You Might Also Like

15 comments

  1. merci! Moi qui ai toujours été réfractaire au par coeur (sauf pour les poesies et les chansons)(ce qui m'a joué des tours pendant toute ma scolarité) ça me donne follement envie de jouer aux tables de multiplication avec mes enfants!

    ReplyDelete
    Replies
    1. Hi hi, tant mieux, Camille, c'est le but !! ;-)

      Delete
  2. Merci beaucoup pour cet article nous sommes en plein dedans avec Eva, 7 ans, scolarisée à la maison cette année.
    Nous utilisons la plupart du matériel décrit et elle adore et en redemande !
    Petit partage si cela peut être utile avec Multimalin : nous utilisons souvent les cartes pour faire un pouilleux … on pioche une carte au hasard qu’on cache sans regarder la couleur au verso et on se distribue le reste. Il faut alors faire les paires entre le résultat et l’opération, impeccable pour réviser l’air de rien ! Et quand il ne reste plus qu’une carte on sait qui est le « pouilleux » et on énonce la carte cachée (par exemple « la carte cachée était 7x7 car il reste le 49 ! »). Beaucoup de bons moments d’apprentissage dans la joie !

    ReplyDelete
    Replies
    1. Trop bien ce pouilleux !! On a testé aujourd'hui même avec Louiselle, c'était super !!

      Delete
  3. Merci pour ce très bel article plein d’enseignement ! Tous ces supports sont géniaux car ils s’adressent aux profils d’intelligence identifiés par le psychologue Howard Gardner. Personnellement, je suis sous le charme du cercle Waldorf et du livre « les tables de multiplications », nous sommes plutôt « kinesthésiques » et « visuo-spatiaux » 😊 Que conseilleriez-vous à des enfants dont l’intelligence dominante est interpersonnelle (besoin et facilité de rentrer en contact avec les autres) et intrapersonnelle (capacité d’introspection) ? merci

    ReplyDelete
    Replies
    1. Bonjour Line, et merci pour cechaleureux retour, je vois qu'on est sur la même longueur d'ondes !

      Pour d'intelligence interpersonnelle, des jeux de société comme Multiplipotion ou Mathsumo (que je n'ai pas encore testé, mais que Laetitia me souffle dans l'oreillette).

      Pour l'intelligence intrapersonnelle : Le disque Waldorf et le livre à rabat. ;-)

      Delete
  4. Chez nous, on a mathsumo, un jeu de société très rigolo qui fait bosser le stables.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Je crois que je vais craquer et l'acheter ... ;-)

      Delete
  5. En plein dedans aussi ! Mais je vais donc d'abord chercher quel type d'intelligence ont mes enfants pour choisir le(s) bons supports !!

    ReplyDelete
  6. Le mien apprenait les tables de multiplication avec la méthode des mains à l'école, ce qui ne l'empêchait pas de faire des erreurs quand je les lui demandais le soir. Je ne connais pas cette méthode mais elle semble bien adaptée aux kinesthésiques. A la maison, on a utilisé les jeux multimalin et multiplipotions. Maintenant il les connaît très bien et il est dans les plus forts de la classe en temps chronométré pour les tables. Comme quoi, en variant les méthodes, il y a plus de chances d'y arriver.

    ReplyDelete
    Replies
    1. la méthode des mains !! J'aurai dû en parler dans cet article, pourquoi n'y ai-je pas pensé !!??

      Louiselle l'utilise beaucoup, et pour ceux qui ne connaissent pas, c'est là : https://www.youtube.com/watch?v=16tOdUmmhSw

      Merci pour cette piqûre de rappel !!

      Delete
  7. Elsa, tu es magique ! ^^

    En traînant sur Internet, je tombe sur ce qui pourrait presque être une variante "de poche" de ta table à manipuler : "les dés qui multiplient", tu connais ?

    ReplyDelete
    Replies
    1. Je ne connais pas du tout !! Mais il sont l'air top !!

      http://lesdesquimultiplient.com/

      Je vois d'ici les petits jeux qu'on pourrait faire avec ...

      Merci pour cette piste à explorer et pour ton commentaire qui met dans ma vie ... un peu de magie ! ;-)

      Delete
  8. Ici, les Wraps up ont eu du succès !
    https://www.amazon.fr/Apprentissage-Wrap-ups-Multiplication-Touches-Create/dp/B07FX6M644

    ReplyDelete