vendredi 23 février 2018

Education sexuelle {3-7ans}

"Maman, Comment on fait les bébés ?", Soledad Bravi

Ah, le vaste et beau sujet !!

Il me semble qu'en la matière (comme dans d'autres ...), on est toujours en tant que parents, pétris de doute ...  

Tenez, par exemple : j’ai la certitude, rétrospectivement, que lorsque j'étais enfant, ma Maman m’a assénée toute cette histoire de « Comment on fait les bébés » un peu trop tôt. Bon, c’était fait avec beaucoup de tact, avec toute la poésie requise (je me souviens encore du parallèle avec le miel et les abeilles …). N’empêche que moi, je n’avais rien demandé. Et si je n’ai pas été, au sens propre, traumatisée, je sais que ça m’a travaillée ... À un âge et dans un contexte où je n’aurais pas dû l’être. 

J’avais exactement l’âge de mon fils aujourd’hui. Sept ans depuis quelques semaines. 

Antonin, lui, ne pose aucune question. Il faut dire qu'il a un parcours d'apprentissage bien différent du mien. Le fait d'avoir une sœur quasiment du même âge dont il est inséparable (sorte d'alter ego du sexe opposé), et un couple de parents amoureux (et démonstratifs, hum, hum) font qu'il a forcément des connaissances plus exhaustives sur la sexualité que moi au même âge. 

Antonin, donc, ne pose aucune question. Dans un premier temps, je me suis dis : « Ben, oui, il est encore petit, et puis, il sait déjà beaucoup de choses. ». Ça c’est vrai : par exemple, la copulation du gendarme (je parle de l’insecte, hein!) n’a aucun, mais alors AUCUN secret pour mes enfants. 😀

Et puis j’ai eu un doute. Peut-être que l’absence de question vient d’une gêne. Cette même gêne que j’avais ressenti, moi, quand on m’a « assénée », et que mon enfant ressent à travers les générations. Il faut dire que j’avais son âge … Un enfant sait ces choses-là et a tendance à revivre le sentiment que son parent vivait au même âge que lui, même si cela ne correspond pas à son vécu – même si on ne lui en jamais parlé. 

Bref, tout ça pour dire : il y a ce fabuleux livre 👆. Que nous avions déjà emprunté il y a quelques années (mais les enfants étaient trop jeunes). En tout cas, mon homme et moi, on avait ADORÉ. Tout y est : la tendresse, l’amour, un tout petit soupçon de technicité - mais surtout beaucoup beaucoup d’amour, parce que je crois que ce qu’un enfant a surtout besoin d’entendre quand il pose la question « Comment on fait les bébés ? », c’est la réponse à son origine. Et cette réponse est : « L’amour. Le désir. Le désir de toi, mon chéri, tel que tu es. Mon enfant aimé et désiré. »

Ah, il y a quelques cigognes, aussi. Lisez-le, c’est tordant. 😄 Attention, ce n'est pas du "clef en main" ; c’est un livre « ouvert » dont chacun fera ce qu’il voudra en fonction de ce qu’il est.

Je l'ai lu ce soir à mes enfants. Et laissé la conversation nous mener là où elle le devait.

 (Nous n'avons pas parlé de miel et d’abeilles cette fois-ci … 😉)

Et sinon ... Allez, sans tabou : je jette en vrac tout ce que deux enfants de mon entourage proche (que je ne citerai pas ici afin de préserver leur intimité) ont pu m'apprendre sur la sexualité enfantine depuis leur naissance (toute ressemblance avec des personnes ayant réellement existé est totalement fortuite).

1. Vers ses 3 ans, il y eut la grande interrogation d'une certaine petite fille : "Et pourquoi je ne peux pas faire pipi debout, moi ?". Il y eu même quelques essais. Relativement infructueux. La science a donc raison sur ce point, semble-t-il.

2. Et depuis plusieurs années, cette question récurrente : "Pourquoi les hommes ont-ils des mamelons ?". Mes enfants savent parfaitement à quoi "servent" ceux des femmes, biologiquement parlant ... Mais les hommes ? J'avoue que je n'ai jamais été capable de répondre à cette question ...

3. Dans une fratrie, la curiosité sexuelle se manifeste à grand renfort de rigolades et de jeux. Bien veiller à ce qu'aucun enfant ne pâtisse du jeu. Bien rappeler à chacun que son corps lui appartient et que personne n'a le droit de le toucher sans son consentement. Pour le reste, les enfants vérifient parfois entre eux ce qu'ils ont cru comprendre. Ne surtout pas transposer notre sexualité d'adulte sur la leur.

4. Poser, dès les 3 ans de l'enfant environ, l'interdit de l'inceste : on ne se marie pas entre frère et sœur, et on ne se marie pas avec Papa ou Maman. C'est interdit. Mais on a quand même le droit de s'aimer très fort. 💓 Chez nous les gestes réservés aux amoureux (comme s'embrasser sur la bouche) sont clairement identifiés, et souvent réaffirmés.

5. J'ai découvert aussi que répondre sans gêne est parfois difficile pour l'adulte. C'est stupide, on le sait, mais c'est comme ça. Trop de générations refoulées parlent à travers nous. Lorsqu'un sentiment négatif s’immisce (honte, embarras, refus ...) entre la question de notre enfant et notre réponse, il le sent. Je crois qu'il vaut mieux alors dire très simplement : "Excuse-moi, j'ai été gêné(e) une seconde parce qu'on ne m'a pas appris à répondre à ces questions-là. Mais ta question est une belle question,  et je vais te répondre du mieux que je peux."

6. Il faut toujours répondre à une question d'enfant. Toujours. Sinon ce sera la cour de récré qui s'en chargera, et là ... Je ne gage plus de la scientificité des faits. 😉

7. Papa et Maman doivent parler "sexualité" à Garçon et Fille. Chacun le fera différemment, avec ses mots et son vécu. L'enfant a besoin des deux sources d'explication.

8. Bien expliquer (dès 3 ans, voire plus tôt) aux enfants des deux sexes que le sexe de la fille est sous les grandes lèvres. Le sexe féminin est composé des mêmes parties que le sexe masculin, même si elles n'ont ni le même aspect ni les mêmes noms. La différence majeure est que le sexe du garçon est extérieur, alors que celui de la fille est caché. Ne jamais laisser dire que "La fille n'a pas de zizi", mais reprendre, patiemment, les choses : "Si, mais il est derrière les grandes lèvres".

9. Proposer à sa fille d'observer ses propres parties génitales avec un miroir (pour le coup, c'est la Maman qui s'y colle, si possible) et nommer chaque partie anatomique, scientifiquement. On peut proposer vers 4 ans, et laisser l'enfant s'emparer de la proposition quand il est prêt.

10. Parler des règles librement aux enfants des deux sexes. Bon, dans la mesure où les miens me suivent assez librement partout où je vais 😁, ils ont compris il y a bien longtemps que parfois, il y avait quelque chose de bizarre. Montrer les serviettes hygiéniques ("Oh, c'est trop mignon ! C'est comme des couches pour les Mamans !" - "Euh, moui, bon ..."), expliquer : tous les mois, le ventre de la Maman se prépare à avoir un bébé. Le ventre se tapisse, et se fait bien douillet à l'intérieur. "Mais comme Papa et moi ne faisons pas de bébé, chaque mois, ce nid à bébé doit sortir. C'est pour cela qu'on perd du sang, mais cela ne fait pas mal.

(Hé franchement, vous imaginez l'angoisse des jeunes filles qui découvrait ça d'un coup, à la puberté, sans en avoir jamais entendu parler ? Ma pauvre Mamie, je pense fort à toi, quelle torture !!)

11. Vers 5/7 ans (chez nous, on en est là !), commencer à aborder le thème de la conception d'un point de vue plus scientifique. Expliquer que la moitié de la graine du Bébé se trouve dans le corps du Papa, et l'autre moitié dans le corps de la Maman. Qu'il faut que les deux moitiés de graine se rencontrent pour faire un Bébé.

12. Répéter aussi inlassablement que les enfants, eux, ne peuvent pas faire d'enfants, qu'il faut être grand pour cela.

13. Quand l'enfant a besoin d'explications plus poussées, et qu'il questionne plus avant, il sait donc déjà beaucoup de choses. Il sait, par exemple, que la fille possède un vagin "pour faire sortir les bébés". Il est alors simple d'expliquer que c'est aussi par le vagin que la demi-graine du Papa entrera.

14. Bien veiller à ce qu'il n'y ai pas de confusion entre les organes sexuels et l'appareil urinaire. Quitte à simplifier un peu pour l'instant (car chez les garçon, c'est compliqué, l'urine et le sperme transitant in fine par l'urètre). Faire pipi et faire des bébés, ce n'est pas la même chose. 😊

15. Il faut savoir que la reproduction humaine est au programme de CM2. Mais à ce stade, l'enfant a déjà construit beaucoup de choses, à travers les explications de ses parents, ses lectures et l'observation de la copulation des animaux (dans la nature ou dans des documentaires). En particulier, il sait que les organes sexuels du Papa et de la Maman entrent en contact lors du rapport sexuel. Un nouveau cycle de questions identitaires commence alors, moins biologiques, et plus symboliques ... La puberté peut commencer !

Vous en êtes où, vous, de l’éducation sexuelle de vos enfants ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire