Cartes de nomenclature : les nuances

December 28, 2016


J'ai profité des vacances pour fabriquer un petit matériel, afin de poursuivre l'exploration des couleurs et des gradations. Il s'agit de doter l'enfant d'un lexique riche pour désigner la multitude des nuances du monde. J'ai donc concocté de petites cartes de nomenclature, qui présentent un panel de teintes et leur nom.


Ces cartes-là sont bien plus petites que celles que j'ai fabriqué jusqu'à présent, d'abord parce mes cartouches d'encre n'auraient pas survécu à un travail grand format ! 😁 De plus, cela permet d'obtenir un matériel maniable, qui se glisse aisément dans le sac : c'est en effet un support très intéressant pour faire patienter les enfants dans la salle d'attente du médecin ou sur le quai d'une gare, alors autant faire en sorte qu'il soit portatif ! Enfin, à 4 et 6 ans, Louiselle et Antonin n'ont plus besoin de supports aussi grands que par le passé. Les légendes sont très aisément déchiffrables pour eux dans ce format. J'ai fait le choix de rédiger les légendes en caractères d'imprimerie et de glisser quelques aides visuelles à destination de la Damoiselle, en colorant les digrammes et les trigrammes. Vous pouvez télécharger ces cartes en Pdf ICI, mais les voici aussi en version modifiable , si vous souhaitez y changer quelque chose. Si vous souhaitez travailler à partir de ce dernier, vous aurez certainement besoin de LibreOffice Impress. 😊


Et avec ces cartes, on fait quoi ?

Bien sûr, on peut très bien, pour reprendre l'utilisation montessorienne des cartes de nomenclature, les imprimer en double, et procéder à des mises en paire et à des jeux de mémory.


Chez nous, ces cartes n'existent qu'en un seul exemplaire, et le jeu principal de mes enfants consiste à essayer de trouver les nuances les plus proches des objets qui les entourent. Ce midi encore, alors qu'elle plaçait le couvert, Louiselle a couru les chercher pour vérifier la nuance de son verre favori : "Maman, regarde !  Le verre que je préfère, il est fuchsia !!". 😊

Lecture... 😊

Très vite, on constate que le vocabulaire de l'enfant s'affine : "Oui, marmone Antonin, le vert amande est plus foncé que le vert d'eau, et écru, c'est plus clair que crème...". C'est alors le moment de proposer à l'enfant de ranger ces couleurs du plus foncé au plus clair (ou inversement).


On constate rapidement que les choses ne sont pas toujours si simple : du magenta ou du fuchsia, lequel peut être dit "le plus foncé" ? Ce qui distingue ces deux couleurs, ce pas tant leur intensité, que les couleurs de base qui les composent : le magenta tire clairement sur le violacé...


C'est donc parti pour un petit défi Peinture : "Quelles nuances parviendras-tu à obtenir en mélangeant ces couleurs, et dans quelles proportions ?". L'activité a remporté un grand succès, je suis sûre que les enfants reprendront leur nuancier spontanément lors de leurs prochaines séances artistiques !


Je termine en précisant que mon matériel n'est certainement pas parfait, ni, bien sûr, exhaustif. J'ai été obligée de faire un choix parmi les centaines (milliers ?) de nuances existantes, et j'ai essayé de choisir des teintes dont le nom serait facilement réinvesti. Je ne doute pas que le "cuisse de nymphe émue" soit d'un intérêt colorimétrique certain, mais il n'est pas aisé à caser dans une conversation... Ce sont les premières notions lexicales qui sont ici visées.

Comble de difficulté, chaque nuance se décline elle-même à l'infini : nous avons des kaki plus ou plus foncés selon la proportion de brun et de jaune qu'ils contiennent... Vous ne serez pas peut-être pas "d'accord" avec les teintes que j'ai choisi... mais je vous assure que ce n'était pas un exercice facile et qu'il m'a coûté beaucoup de travail !! 😊

N'hésitez pas à me faire des remarques sur ce support si vous l'utilisez ! 😊

You Might Also Like

1 comments