On a toujours besoin d'une cordelette chez soi

octobre 21, 2016


Les cordelettes sont l'exemple-type du matériel "open-ended", ouverts aux possibles.


Vous cherchez des rênes pour le cheval à bascule, des ficelles pour les rideaux du théâtre des marionnettes, une poignée pour votre sac, des bordures pour la route des petites voitures, un diadème de fée ou d'un fil à mobile ? Hop, une p'tite cordelette fera l'affaire. Surtout si ses couleurs sont choisies, et sa matière, naturelle.

Il y a des dizaines de manière de faire une cordelette : au crochet, au tricot, en macramé... Mais le tutoriel suivant a le mérite d'être adapté aux plus jeunes... Je vais même l'enseigner à mes petits élèves !

 
Pour fabriquer une cordelette (dès 3 ans) :

Choisir trois ou quatre couleurs de laine et en couper des segments d'égale longueur (d'un ou deux mètres selon l'utilisation... Encore que le dernier projet de Louiselle soit de fabriquer une corde à sauter, il va en falloir beaucoup plus !). Les attacher quelque part (à une poignée de porte, un pied de table...) et tournicoter. Toujours dans le même sens, et sans jamais lâcher - sans quoi tout serait à recommencer.


Lorsque la torsion semble serrée, plier la torsade en deux en ramenant l'extrémité que l'on a entre les doigts à celle qui est fixée (chez nous, à un clou). Maintenir solidement tous les brins, couper au niveau du nœud de manière à dégager le travail. Nouer solidement les deux extrémités.

Vous obtenez alors un cordon tout entortillé, comme cela :


Il ne reste plus qu'à lisser l'ensemble, entre les doigts, de haut en bas, plusieurs fois. On pince la corde à la base...


... et on lisse jusqu'au bout.


Après plusieurs passages la cordelette est terminée ! 😊


L'exercice plaît beaucoup à mes enfants - qui y ont passé toute leur soirée d'hier, et nouent depuis leurs productions un peu partout dans la maison. Je suis heureuse quant à moi de pouvoir enfin proposer des activités artisanales, qui musclent la main tout en développant le sens esthétique, la créativité, l'autonomie et la patience... Voilà le type d'occupations qui compenseront, j'espère, les VINGT-QUATRE FICHES rapportées par ma fille de moyenne section mardi dernier (oui, je les ai comptées...)... Tout le "travail" de sa période, misère ! 

Réaliser quelque chose de ses mains est une activité autrement formatrice. J'aime voir la fierté de mes enfants quand ils réalisent quelque chose tout seuls, depuis le choix des couleurs initiales, jusqu'à celui de l'utilisation du produit fini, en passant par toutes les étapes d'une réalisation complexe - résolution de problème, attention à ses sensations et à ses goûts, persévérance...  A quel point leurs cerveaux sont plus alertes alors, que lorsqu'ils sont penchés sur des fiches !!

Je dis souvent que les pratiques de classe souffrent d'un paradoxe : les tout-petits passent leur temps à "bricoler " (les mains guidées par celles des adultes) des productions dont la réalisation est hors de leur portée. Pire, l'idée même d'obtenir tel produit fini dépasse parfois leur entendement... A l'inverse, dès l'entrée en CP, il n'est plus question de pratiquer ces "activités de bébé"... alors qu'elles prennent, justement à cet âge, tout leur sens !


Alors, pendant les vacances, on rétablit l'équilibre à la maison... 😄

You Might Also Like

0 commentaires