Notre semaine coschooling (17/16)

mai 01, 2016


Et voilà : après les yeux bleu-vert de ma fille, vous avez droit aux yeux vert-bleu de mon garçon... L'extrême diversité dans la ressemblance profonde... Même si je n'en reviens jamais quand les gens se retournent sur leur passage : 

"Oh, mais qu'est-ce qu'ils se ressemblent !! Ils sont jumeaux ??"

Se ressembler, mes enfants ? Pff, mais pas du tout. Rien à voir. Rien de rien. Même si visiblement, ça ne se voit pas au premier coup d’œil... 😉

Mais je reviens à nos moutons :  notre semaine !! 😄

1. Jouer, jouer, jouer


Je vous ai déjà parlé des Robocar Poli ? Je crois que oui. 😉

Découverts par hasard chez leur nounou - il faut savoir que les enfants ne regardent JAMAIS RIEN chez leur nounou, qui a autre chose à faire avec eux et qui respecte ma réticence par rapport à la télé. Mais boum, UN dessin animé, UNE fois : Robocar Poli. Et le virus était attrapé... 😉

Donc : découvert par hasard, ce dessin animé a relancé le jeux des enfants d'une façon qu'on n'avait pas vu depuis Noël 2014. A l'époque, les enfants s'étaient enthousiasmés autour du calendrier de l'avent Playmobil, au point de ne jouer qu'à cela pendant un mois. Quelle émotion et quel plaisir pour nous autres parents de les voir développer des scénarios ensemble, dans l'entente (entre eux) et l'indépendance (par rapport à nous) la plus parfaite ?

Bien sûr, il y eut des tonnes de Playmobil sous le sapin. Toute la famille s'était donné le mot - à tel point que la plupart des oncles et tantes en offrent encore aujourd'hui. Pourtant, mystérieusement, en janvier 2015, tout s'arrêta. Avec ce mois d'engouement extrême, les enfants n'eurent plus un regard sur leur caisse de Playmobil, pourtant pleine à craquer de merveilleux éléments...


Les Robocar Poli relancent aujourd'hui le plaisir du jeu d'imagination : grâce à eux, les enfants redécouvrent leurs petites voitures, ils redécouvrent les jeux de construction. Ils inventent des scénarios, apprennent à s'écouter l'un l'autre, à respecter les décisions de l'autre, endossent des rôles "pour de faux".. et s'amusent des heures durant ! Pendant lesquelles Papa et Maman savourent leur liberté, depuis le temps qu'ils n'avaient plus l'habitude ! 😄

2. Le "AU" de AUTOBUS



Alors qu'Antonin a intégré sans peine ses premiers digrammes ("ch", "an", "in", "ou", etc.), il se désintéresse complètement de la suite des opérations depuis quelques semaines. Je viens seulement de comprendre pourquoi : le Damoiseau n'a pas besoin de ces graphies. Pour quoi s'encombrer du "oi" quand on peut écrire "oua" ? A quoi servent le "au" ou le "om" lorsque le "o" et le "on" existent ? 😄

Cette résistance n'est absolument pas un problème en soi, bien entendu. Antonin a bien le temps d'intégrer ces notions, rien ne presse. Ceci dit, il y a un conflit d'intérêt, puisque le Damoiseau aimerait lire ses albums dans le texte, et qu'il est bloqué. J'ai donc décidé de construire une petite invitation sur la graphie "au" cette semaine, que j'ai essayé de rendre attractive et sensorielle au possible.

Verdict : Antonin a adoré patouiller et tamponner dans le sable de lune maison (1,5 dose d'huile mélangée à 8 doses de farine)... Reste à voir si cette séance lui aura permis de fixer la graphie... L'avenir nous le dira ! 😄

3. Comptines des animaux de la ferme


LE disque qui tourne en boucle cette semaine - et au moment où j'écris ces lignes, par exemple.

Bon, comme d'habitude avec Didier Jeunesse, c'est du bon. Et avoir Chanson pour mon chien et Le rock'n roll des gallinacées sur le même CD, c'est tout de même archi-top. Encore un que nous allons ré-emprunter à tour de bras. 😉

4. Transavasements


Et le transvasement de la semaine est...

Sur un plateau : un petit bol rempli de semoule très fine, une petite cuillère, un entonnoir et une petite bouteille. Le tout se passe de consigne, vous pouvez me croire ! 😉


Les transvasements en tout genre musclent la main et les doigts en vue de l'apprentissage de l'écriture (d'ailleurs Antonin, 5 ans, raffole lui-aussi de ces activités), permettent des expériences physiques et sensorielles concrètes, favorisent la concentration par le plaisir de faire, de refaire (et éventuellement, de détourner pour patouiller)... What else ?

5. La chaine de cent


Allez. Après un petit temps d'hésitation, je me décide à poursuivre la progression montessorienne en numération. Alors que nous n'avons PAS le matériel (et que j'espère ne pas avoir à l'acheter) : oui, je sais, ça tient de l'inconséquence. Ou plutôt, de l'insouciance : nous verrons bien de quoi demain sera fait, de quoi mes enfants auront besoin plus tard, si le matériel fait défaut, et si oui, pourquoi et comment. En attendant : j'avance à l'aveugle ! Mais en avançant. 😉


Bon, la chaine de cent ne ménageait aucune surprise interne à mon Damoiseau, qui a déjà construit tous les objectifs visés par d'autres biais. Nous l'effectuons ici avec notre matériel de numération / en plastique moche / qui n'est même pas aux bonnes couleurs / mais qu'Antonin adore  - ce qui m'a obligée à imprimer les étiquettes-flèches en nuances de gris pour passer outre les codes couleurs, dont Antonin n'a pas besoin pour l'instant de toute façon, puisqu'il sait lire à peu près n'importe quel nombre inférieur au billion en s'appuyant sur la notation positionnelle.

Nous verrons si la nécessité d'un quelconque code se fait sentir à un moment ou à un autre, mais pour l'instant : non. Alors...

Antonin s'est un peu ennuyé en construisant cette chaine - mais a eu un éclair de diamant dans les yeux quand je lui ai annoncé qu'à la prochaine occasion, nous construirions sur le même principe la chaine de mille ! Ouahou ! Dit comme ça, ça a l'air bien ! Pourvu qu'elle ne le déçoive pas ! 😄

6. Mélange de couleurs



Voici une recette simple pour mettre de la couleur dans un jour tout gris :

Sur une plaque de four, étalez du papier cuisson, que vous recouvrez de bicarbonate de soude. Disposez deux pipettes et un bac à glaçon rempli de vinaigre coloré au colorant alimentaire...

Commencez la séance par une petite relecture de Balthazar et les couleurs de la vie et des rêves aussi, et laissez faire la magie !


Les dégradés obtenus sont dignes des délicates aquarelles, n'est-ce pas ?

7. Polygones


J'ai proposé à Louiselle le début de cette séquence-là. Le nombre de figures est un peu élevé pour la Damoiselle qui, bien qu'elle manifeste un intérêt certain, préfère au bout de quelques minutes se détourner de l'activité pour aller jouer - hé, nous sommes vendredi, et c'est bien légitime ! Du boulot, point trop n'en faut !


Son frère achèvera l'activité de mise en paire pour elle - et à ma grande surprise, réinvestira le mot "polygone" sans que je le sollicite... 😉 Voilà qui me conforte dans le choix d'enseigner à ma cadette par les même voies ! 😊   

Bonne semaine chez vous ! 😊  

You Might Also Like

0 commentaires