La semaine de Louiselle - en 7 plateaux

July 21, 2015


Ce qui me manque le plus, depuis que j'ai repris le travail, ce sont les moments seule à seule avec ma fille. J'ai toujours des moments d'intimité avec Antonin - pendant la sieste de sa sœur - mais je n'en ai plus avec Louiselle. Je m'aperçois de ce fait que j'ai tendance à proposer des activités en fonction des centres d'intérêt de mon aîné, d'autant que j'ai la ferme impression depuis quelques mois de cavaler derrière la variété de ses intérêts et la rapidité de ses apprentissages, sans vraiment parvenir à le nourrir...

Je constate par contre que Louiselle apprend "dans la foulée", sans effort et à son rythme, en jetant de temps à autre un regard par dessus l'épaule de son frère... Cela contribue à me déculpabiliser, hum ! Je remarque aussi qu'elle est beaucoup moins en demande que son frère : elle n'a jamais voué à l'atelier la passion sans borne que le Damoiseau lui porte, ses temps d'activité sont beaucoup plus courts, et certains plateaux ne l'intéressent pas du tout. S'agit-il d'un trait de son caractère ou est-ce en lien avec son jeune âge ? Je crois me souvenir qu'à 3 ans, les temps d'activités d'Antonin étaient très courts, eux aussi...

Bref, la semaine dernière j'ai voulu concocter des plateaux spécialement pour ma Damoiselle. En me concentrant sur SES goûts et SA sensibilité du moment.

Bien sûr, le Damoiseau n'est jamais loin et accourt. Je profiterai donc de mon sujet du jour pour dire un mot, dans chaque situation, de l'interaction de deux enfants autour d'un même plateau - appliquons-nous à considérer cet état de fait comme une chance et non comme un handicap ! 😉


Le premier constat sur ce point est que si Louiselle a beaucoup aimé chacune de mes propositions (youpiii, c'est un zéro faute !), Antonin les a aimé encore plus. Généralement, il passait plus de temps sur chaque action que sa sœur, et allait plus loin dans la découverte. Alors, aux Mamans de bambins de 3 ans qui se désespèrent, je dis (et je redis) :

N'ayez aucune attente. Votre enfant passe 2 minutes 30 sur un plateau qui vous a coûté un quart d'heure de préparation ? L’activité se termine dans un désordre innommable, et il faut encore que vous preniez du temps pour ranger, nettoyer et doucher la maisonnée ?

Super. C'est que votre enfant a aimé.

Et n'oubliez pas : dans un ou deux ans, il aimera encore, et encore plus. Ne vous lassez pas de reproposez, c'est dans la répétition que l'enfant construit son  intelligence !

Et - bien que n'attendiez rien, nous sommes d'accord - vous constaterez, les semaines passant, que les temps d'activité s'allongent et que les temps de ménage diminuent... Mais chut, c'est un secret, et l'essentiel n'est pas là, n'est-ce pas ??!! 😉

Voici donc la semaine de Louiselle... en plateaux. 😊


LUNDI : 

Matériel : un plateau, deux gros bols en verre, une petite serviette, une éponge naturelle,
l'équivalent d'un ou deux verres d'eau.

Ouf, il fait chaud... Tant mieux ! On va pouvoir jouer avec l'eau !! 😊

Le plateau de vie pratique ci-dessus est un classique de la maisonnée - d'autant plus prisé que, frileuse, je ne le propose pas en permanence dans l'atelier, non... Mais dehors, au printemps, ou à huis clos dans la cuisine les jours de fortes chaleurs, quel bonheur !! 😊

Cette activité classique est capable, je le sais, d'absorber mes deux enfants assez longtemps : j'ai donc commencé par la proposer à Antonin pendant la sieste de sa sœur. Il peut désormais mener un travail de ce type pendant une demi-heure - je crois bien qu'il lui rappelle sa dînette adorée...

J'espérais qu'au réveil de Louiselle, il en aurait eu son content et ficherait la paix à sa sœur. Mais non. Il a fallu que je le barde de tous nos bons vieux principes ("Chacun son tour", "Quand Louiselle aura terminé, elle te laissera la place", etc.) et que je dégaine une activité spécifique, à réaliser au coude à coude, pour qu'il daigne laisser la Damoiselle explorer sans la harceler.


En l'occurrence, Antonin était tout occupé à colorier un plan de Baden-Baden, pendant que Louiselle travaillait à affiner son geste et ses connaissances physiques. Presser l'éponge, ça détend, ça rafraichit, et ça amuse. J'adore la bouille réjouie de la Damoiselle qui m'annonce que le bol est vide, avant de recommencer dans l'autre sens. Antonin est plus tenace dans le temps (mais encore une fois, je crois que cela a trait à sa passion très personnelle pour les ustensiles de cuisine...) et a franchi le stade de l'étonnement : "Mais, Maman, elle est où l'eau ? Elle reste dans l'éponge ?".

😊

MARDI :

Matériel : un plateau, un aimant, un récipient contenant divers petits éléments de quincaillerie métalliques.

Voici un plateau deux-en-un : exploration magnétique et technologie.

Encore une fois ce jour-là, Antonin a exploré le plateau avant sa sœur,  pendant son repos du début d'après-midi. A 4 ans et demi, il découvre qu'une pièce magnétisée devient elle-même magnétique...


... découverte qui lui permet de réaliser des constructions assez magiques... : ça tient tout seul !!


Chez Louiselle, l'exploration magnétique peut paraitre plus brouillonne... mais non moins enthousiaste ! 😊


L'intérêt spécifique des éléments de bricolage, qui se combinent entre eux à l'infini, lui apparait bien cependant, même si elle ne songe pas encore à construire en utilisant le champ magnétique.


Et elle eut cette très belle idée, qui conquit son frère et moi- même :



😊

MERCREDI :

Matériel : un plateau, une cuillère, deux bols et des petits éléments à transvaser.

Et bien oui, des versés.

Trois ans, c'est l'âge des versés.

Bon, il semblerait que 4 ans et demi soit aussi l'âge des versés. 😉


Pensez toujours à varier les plaisirs : ne proposez qu'un seul plateau de transvasement à la fois dans l'ambiance de votre enfant, et changez-le souvent. Les possibilités sont infinies si on considère qu'on peut jouer sur au moins deux variables : l'élément à transvaser (taille, couleur, texture...) et l'outil pour ce faire (cuillères de toute sorte et de toute taille, pince, épuisette...).

Ici, j'ai disposé dans un bol les petites boules métalliques d'un jeu de Géomag : elles sont lourdes et brillantes, et à elles seules, renouvèlent complètement cette activité. Avec une petite cuillère "doseuse" facile à prendre en main et bien creuse, c'était parti...

 

C'était parti pour une belle crise de nerf, car les deux enfants ont trouvé l'activité merveilleuse et ont voulu la réaliser en même temps. Après quelques grincements de dents, ils sont parvenus à un compromis : Louiselle transvasait dans un sens, et quand le bol était vide, Antonin recommençait dans l'autre sens...

Antonin s’évertue à compter les billes entre chaque coup de cuillère... Pratique ! 😕

JEUDI :

Matériel : un plateau, un carré découpé dans du carton ondulé,
des lettres à poinçonner, une punaise.

Le plateau de poinçonnage prenant la poussière dans l'atelier, j'eus envie de proposer d'autres modèles que les lignes abstraites et les dessins géométriques... Je songeais alors aux lettres, qui passionnent chacun de mes deux enfants en ce moment (pour tout vous avouer, mes oreilles bourdonnent à force de les écouter chanter la chanson de l'alphabet...)... et ce fut une très bonne idée !


L'avantage de ce type de plateau, c'est qu'il peut être facilement proposé aux deux enfants en même temps, qui aiment mener leurs activités graphiques au coude à coude...


Louiselle s'est montrée très enthousiaste, et son frère... Son frère a refusé de s'interrompre pour manger et n'a levé le nez que lorsque TOUTES les lettres furent poinçonnées (2x26 quand même !!).


Une remarque concernant le fichier que j'ai téléchargé : les lettres minuscules sont graphiées "à l'anglo-saxonne", avec les variantes que cela suppose parfois. Cela ne perturbe pas du tout mes enfants, qui concluent simplement : "Oh, il est joli, ce "F", mais il est un peu bizarre !", et point-à-la-ligne. A vous de voir selon votre petite famille ! 😉



VENDREDI :

Matériel : un plateau, des solides géométriques, un plat contenant de la farine.

Pour prolonger l'activité de peinture qui consiste à passer du volume au plan, rien de tel que l'activité montessorienne consacrée ! Sans compter qu'elle s'intercale à point dans ma petite progression (attendez de voir nos prochaines manipulations en géométrie...).

Les stratégies des enfants sont, une fois de plus, en léger décalage : pour Louiselle, le sensoriel prime. Plonger ses mains dans la farine, l'assembler en pâté... Ce n'est que dans un second temps qu'elle avise les solides et décide - certainement aussi en suivant l'exemple de son frère - de les plonger dans la farine.

Quelle forme aura cette empreinte ??

Antonin, lui,  a construit sensoriellement le concept de face - même s'il ne réinvestit pas ce mot. Très vite, il tente spontanément - et assez systématiquement - d'obtenir l'empreinte de chaque face d'un même solide... Cela lui réserve souvent de jolies surprises.


Il s'agit là, bien sur, d'une première approche du patron qui ne dit pas son nom... 😉

Cette activité est avant tout une activité verbale : l'adulte doit être très présent, très attentif, et étayer : "Oui, la face de ce pavé est rectangulaire. La base de cette pyramide est carrée...". Au niveau du vocabulaire, rien n'est attendu chez l'enfant à ce stade, mais prenez garde à modéliser votre langage, et croyez-le : ce sont autant de petites graines lancées au vent qui atterriront dans un sol fertile ! 😉

"Oh : tu plonges le sommet du prisme dans la farine..." 😉

Quant à l'interaction entre frère et sœur sur cette activité, elle fut, heu, disons...


... totale et permanente. C'est cela. Nous sommes bien loin de la présentation initiale, certes. 😊

Ici, c'est un peu plus...  messy !! 😄

Il est noter cependant que sur cette activité en particulier, Louiselle fut plus persévérante que son frère et continua de manipuler bien longtemps après qu'il s'en soit détourné... Chouette !


N'oublions pas la phase jubilatoire de la vaisselle de solides et du passage d'aspi... sans lesquels cette activité ne serait pas vraiment ce qu'elle est... Hein ? 😊

SAMEDI :

Matériel : un plateau, un panier rempli de divers petits objets authentiques,
dont les noms commencent par des sons variés : Vvvvoiture, Lllampe, Jjjjeton...

Et oui : un panier phonologique !! YOUPIII !!!

Une petite récap' sur cette activité chouchoute : tout d'abord, sachez que la phonologie, c'est follement fun. Si je propose le jeu du "petit oeil", mes enfants se mettent à frétiller comme de fringants gardons...

La première raison de cet engouement, c'est la théâtralisation de l'adulte. Non, mais franchement, il y a de quoi se tordre. Voilà Maman qui attrape le panier en s'exclamant tout bas : "Mon petit oeil...".

Les mentons se dressent, les yeux s'allument.

"... voit..."

Maman roule des yeux gourmands en passant d'un objet à l'autre - ceux que Louiselle a choisi tout spécialement, en les extirpant un à un du panier, et qui sont au nombre de trois.

"... un objet dont le nom commence par le son..."

(Oui, la formulation est un peu longue, mais cela s'enquiquinera que vous : encore une fois, modélisons !! C'est le NOM de l'objet qui commence par un SON quelconque, et non l'objet lui-même, n'est-ce pas ?)

OK. Le gros problème sur cette activité, c'est qu'elle commence a être vraiment facile pour Antonin, qui souffle à sa sœur avant qu'elle n'ait le temps de faire la gymnastique mentale. Lorsque je parviens à le contenir, Louiselle se trompe encore, parfois (emportée qu'elle est par le désir sincère que ce soit CET objet favori que je nomme !). Mais trouve aussi, souvent, le mot concerné. Souvent. J'adore ces moment de transition, où les compétences se construisent de façon tangible... Ma petite fille grandit !! 😊

DIMANCHE : 


Encore un classique - oh, que cela m’émeut, de voir ma Damoiselle franchir les paliers que son frère avant elle...


"Qu'est-ce que cela ? ", demandais-je en lui montrant le globe lisse et rugueux.

"La TEEEERRRE ! Notre Planèèèète !!", répond Louiselle, qui a été à bonne école.

"Sur notre planète, il y a de la terre, et de l'eau.", expliquè-je en l'incitant à touchant les parties correspondantes.

"Et de l'herbe. Sur la terre.", ajoute le Damoiseau qui trouve mon explication un peu simpliste.

😄


Vient le tour des trois flacons. Que contiennent-ils ? Encore une fois, aucune hésitation de la part de ma Damoiselle, qui a vécu l'activité des dizaines de fois : "De l'eau. De la terre. De l'air." Bien. Je la laisse manipuler les petits pots... puis le cœur de l'activité commence.


Alors, tout de même, pour Louiselle, c'est une première. De spectatrice, elle devient actrice. Elle en est assez satisfaite, et se débrouille vraiment bien :

"Reconnais-tu cet animal ? Comment s'appelle-t-il ?
"Est-ce qu'il nage dans l'eau ? Est-ce qu'il court sur la terre ? Est-ce qu'il vole dans les airs ?"

Louiselle se trompe un peu - le nautile l'induit en erreur et elle est très heureuse d'apprendre le nom du porc-épic (de la bouche de son grand frère...).

Mais Louiselle se trompe peu. Très peu. Et se corrige le cas échéant.


Et ici encore, belle surprise : Louiselle classera les 18 images jusqu'au bout, sans lassitude. Bien sûr, nous ponctuons notre exercice de tri de longues digressions sur la description des animaux, les voyages futurs que nous réaliserons en famille ou tout autre sujet qui s'invite au cours de l'activité. Cela permet de souffler. Cela permet de nourrir concrètement l'intérêt. Cela permet aussi de constater que les enfants peuvent rester concentrer assez longtemps (Antonin se lèvera néanmoins plusieurs fois pour aller faire autre chose) pour peu que l'on ménage des respirations...


Belle semaine chez vous ! 😊

You Might Also Like

0 comments