Nos barres (rouges ?)

juin 13, 2015


Celles et ceux qui me suivent se souviennent peut-être de ma fabrication maison des barres rouges bleues et rouges sans couleur. Piètre fabrication à vrai dire, puisque j'ai utilisé pour ce faire un bois de récup' pas forcément idéal. Dans la mesure où je n'étais pas sûre que ce matériel plaise aux enfants, je m'étais dit que cela ferait l'affaire dans un premier temps.


Et dans un premier temps, je les avais donc présentées à Antonin qui s'était surtout plu à les assembler ainsi :


... ce qui me semblait tout à fait cohérent avec les objectif montessoriens poursuivis. ;-)

Un petit point s'impose aujourd'hui sur le devenir de nos barres sensorielles.

Quelques jours après leur création, les enfants se sont empressés de se les approprier... en dessinant des lignes au pastel dessus. Ma première réaction fut toute de révolte ("Mais enfin, on ne gribouille pas sur le matériel  !!!"), avant d'observer qu'ils n'avaient décoré qu'une seule face sur chaque barre, et que ce n'était pas par hasard. Antonin, en particulier, accordait une grande importance à ce repère, et veillait à ce que la face coloriée soit toujours sur le dessus lors de ces explorations - comme s'il avait eu besoin que ses barres aient "un sens".

Ce que voyant, j'ai abandonné l'idée de les peindre...

Je les ai présentées récemment à Louiselle qui s'applique depuis à appréhender leur longueur, du plat de la main, avec beaucoup de conscience.


Elle s'exerce à les disposer "en escalier", sans y parvenir tout à fait pour l'instant. Je pense que le fait de devoir aligner leur base (contre ma paume tendue à l'extrémité du tapis) l'absorbe toute et la détourne de l'objectif final.

Les deux enfants se servent spontannément des barres pour se mesurer eux-mêmes - j'introduirai très prochainement la mesure d'objets de l'environnement. Antonin se régale alors du vocabulaire "long", "court" et des superlatifs attachés.


Le Damoiseau, lui, parvient bien à ranger les barres - même s'il tâtonne encore parfois. En fait, ce matériel correspond tout à fait à ses capacités et à ses centres d'intérêt du moment... L'observer me conforte dans le fait que le matériel sensoriel montessorien n'est pas réductible à une propédeutique des mathématiques - car dans ce domaine, Antonin maitrise la suite naturelle des nombres et additionne à tout va. Pourtant, les barres "rouges", prises en elles-mêmes, ont quelque chose à lui apporter, c'est sûr ! Sans quoi, il n'y prendrait pas tant de plaisir...

Mais sa manière de faire favorite reste celle-ci :


Il aime aussi prendre la barre la plus courte et la mettre au bout de chaque barre pour constater l'égalité avec celle qui suit.


Et puis voilà que ce matin, Antonin et Louiselle me réclament de peindre leurs barres.
Si. Cela ne s'invente pas !

MOI, pleine d'espoir non formulé
Les peindre ?? Tiens, oui. En quelle couleur ?

ANTONIN et LOUISELLE, d'une même voix
En rouuuuuuuuge !!

Voilà. Il est vraiment prouvé que nous ne faisons rien dans l'ordre, dans cette famille.
Et c'est très bien comme ça.

Et finalement, quoi de mieux que cette activité de peindre soi-même les barres pour travailler la discrimination visuelle ? L'approche indirecte du système métrique ? L'engagement du mouvement volontaire et la précision du geste ?


Et au moins, après cela, je suis sûre d'une chose : ces barres ne sont pas prêtes d'être reléguées au placard.
Ce matériel, à présent, c'est celui des enfants, au sens plein du terme ! :-)

You Might Also Like

0 commentaires