jeudi 13 décembre 2018

Trois ouvrages qui font du bien


Notre monde de dingue reconnait aujourd'hui qu'il se marche sur la tête. Enfin, je crois. Notre génération a le courage, il me semble, de remettre (parfois) en cause  le culte de la performance, de la compétition et de la perfection qu'avaient érigé nos parents. "Le travail, c'est la santé !", disaient les Anciens. Aujourd'hui, nous apprenons, doucement, à ne plus avoir honte de nous avouer dépassé, stressé, peu sûr de soi ... N'est-ce pas en admettant nos lacunes et notre mal-être que nous apprenons à construire des outils pour les dépasser ? CNV, sophrologie, méditation sont autant de portes ouvertes sur nous-mêmes depuis peu, que nous poussons de moins en moins timidement avec l'espoir de nous reconnecter à nous-mêmes.

Je vois toutes ces pratiques comme des outils, et des outils que nous voulons absolument transmettre à nos enfants !! D'abord parce qu'eux aussi sont exposés, dès la petite enfance, au rythme infernal de notre société. Ensuite, parce qu'il est impossible de faire taire cette petite voix en nous qui nous souffle que la vie de demain ne sera pas dorée. Équiper nos enfants d'un vrai pouvoir sur leur émotions et d'une capacité à communiquer juste est un véritable enjeu éducatif ... qui s'inflitre même dans les Programmes de l'Education Nationale, c'est dire !! 😊

Bien sûr les maisons d'édition se sont emparées de cette thématique, pour notre plus grand bonheur. Des livres sur les émotions, il y en a des tas, et je n'en connais pas le quart. Cependant, je voulais partager aujourd'hui trois coups de cœur absolus, trois petites pépites à glisser peut-être sous le sapin - non, non, il n'est pas trop tard ! Ces outils, longuement testés avec mes enfants ou mes élèves, m'ont prouvé leur richesse et leur efficience. Mais voyez plutôt :



J'ai rencontré dernièrement le projet d'Anita et de Sarah, et j'en suis aussi heureuse qu'honorée. Vrai, depuis Histoire de bulles, je n'avais pas partagé avec mes enfants de lecture aussi riche sur la "culture" des émotions. Leur travail sera édité sur papier dans quelques jours, et promet d'être une merveille : foncez sur leur compte Facebook ou Instagram ! On y rencontre deux femmes extraordinaires et on y parle de poésie, d'éducation, de fêtes, de couleurs et d'optimisme ... ❤

Chut ! Ne le dites pas aux enfants, mais après avoir passé plusieurs quarts d'heure penchée avec eux sur ce Pdf, je l'ai relu en secret, pour moi toute seule ... trois fois ! Et j'ai beaucoup ressenti. La mise en page bondissante rythme ce texte aux racines profondes ... C'est un "traité pour l'amour de soi" qui s'adresse à tous les êtres humains dans ce que leur histoire a d'unique. Pourtant, il devient aisé, à la lecture de ce texte de parler, d'expliciter, de se souvenir ... C'est vraiment un chouette médium à la portée universelle, dont le degré d'analyse correspond bien à l'âge de mes enfants. Je suis vraiment ravie de découvrir ce support aujourd'hui !

Anita et Sarah recueillent vos souscriptions sur Ulule avec l'objectif de s'auto-éditer ... Il vous reste deux jours pour acheter votre album Le jardin intérieur de Léa, pour offrir ... ou se l'offrir !



Ce coffret-ci, c'est en classe que je l'ai découvert, et je ne l'ai pas encore présenté à mes enfants, puisqu'ils ne le recevront qu'à Noël. 😉

J'ai tout de suite pensé à eux, voici pourquoi : depuis 6 mois, nous avons un nouveau rituel. Après l'histoire du soir, que je lis en lecture offerte, mes enfants prennent chacun la parole cinq minutes, pour raconter une histoire. C'est souvent une histoire à épisodes, que nous reprenons le lendemain là où ils l'ont laissée. Ils aiment d'ailleurs s'arrêter net au moment le plus palpitant en s'exclamant d'un air gourmand : "A suiiiivre !!....". 😄 Les histoires de Louiselle mettent généralement en scène des chevaux, et celles d'Antonin nous entrainent aux quatre coins du monde. Mais toutes se racontent au passé simple - avec des terminaisons verbales souvent fantaisistes qui me font mourir de rire en secret.

Bref : ce jeu de cartes créatives propose de raconter une histoire à travers un petit tirage. L'enfant apprend, au passage, à manipuler les ingrédients du schéma narratif : nous avons un héros, un adjuvant, un objet ... et un "problème". C'est là toute la magie de ce support : la carte "problème" est le reflet d'une émotion quotidienne. Le jeune narrateur s'identifie aux héros de ses propres histoires, et sa parole se libère, ses émotions s'objectivent. Je vous assure, c'est impressionnant à vivre, mais ce matériel est littéralement magique !!



Voici un an que nous pratiquons la sophrologie grâce à ce délicat coffret illustré par Oreli Gouel ❤. Nous ne sommes pas loin de le connaitre par cœur, mais on ne s'en lasse pas !! 

Chaque grande carte comporte une petite histoire à visualiser ; l'enfant peut choisir lui-même celle dont il a besoin. Il y en a pour tous les goûts, toutes les humeurs, et tous les moments de la journée : favoriser la concentration, se sentir aimé et protégé, détendre son corps, se rassurer face à l'inconnu, satisfaire un besoin de mouvement ... La liste est longue et l'objectif poursuivi par la séance toujours clairement formulé sur la carte. Notez que la plupart d'entre elles sont réalisables en classe également.

Un tout petit reproche cependant : les cartes "massages" sont de loin les favorites de mes enfants, et ils trouvent qu'il n'y en a pas assez dans ce coffret ! 😆 Bon, du coup, nous avons décidé d'écrire nos propres "cartes massages", pour varier les plaisirs ... Nous pouvons donc estimer que cette lacune fut une chance, qui nous donna l'occasion de créer nos propres extensions - à savoir "La pizza" et "La danse du singe". 😄 Ce ne sont pas les titres les plus poétiques du coffret, je vous l'accorde, mais nous les aimons beaucoup beaucoup quand même !!


Et chez vous, quels sont les coups de cœur en matière de "Culture de soi" ? ❤
lire la suite ...

lundi 10 décembre 2018

Solide, liquide, gazeux



Voici ce soir une petite séquence sur les états de la matière, et devinez comment elle commença ?

Par une activité de tri, bien sûr ! 😊


Tout au long de cette séquence, vous allez voir, j'avais très précisément en tête les objectifs poursuivis. Nous sommes très loin du unschooling ici, il s'agit d'une séquence bien plus guidée qu'elle n'y parait ! Si ce choix pédagogique vous intéresse, je vous renvoie en fin d'article pour en débattre tranquillement. À tout à l'heure !! 😉

Et tout de suite, le vif du sujet (ô combien palpitant à mon avis !!) :

Séance 1 : Identification


1. Mon premier objectif était d'amener les enfants, et en particulier Louiselle, à identifier, autour d'eux, les trois états de la matière. C'est donc parti pour une petite chasse aux trésors ! 🎉🎉🎉

Je commence par monter une petite invitation plutôt minimaliste : trois plateaux vides sur la table, étiquetés respectivement "Solide", "Liquide" et "Gaz". Je déclare aux enfants, rapidement alléchés, qu'ils sont libres de remplir ces plateaux comme bon leur semble, avec TOUT ce qu'ils souhaitent prélever à la maison ou au jardin - bon, vu le temps, nous resterons à la maison. 😊

J'émets tout de même une restriction : on ne prend pas d'êtres vivants ! Je n'explique pas pourquoi aux enfants à ce stade, mais la matière organique est trop complexe pour tomber scientifiquement sous mes petites catégories du jour.

Les enfants décident de commencer par les liquides, et réfléchissent rapidement qu'ils ont besoin de récipients pour les contenir : "On a le droit de prendre un verre ? Le liquide, c'est ce qu'il y a DANS le verre, hein, d'accord ?". Les verres sont piochés dans le placard et remplis d'eau, d'huile, de liquide vaisselle, de shampoing, de vinaigre ... On verse, on touche du bout du doigt, on laisse quelques gouttes retomber ... Oui, voilà bien des liquides !!

Les solides sont vite réglés : divers objets raflés à gauche et à droite sont jetés sur le plateau ... et le Damoiseau, qui connait ses classiques, pense spontanément et en premier lieu à y poser un glaçon ...  me coupant ainsi l'herbe sous le pied de façon magistrale, mais passons. 😀


Pour le gaz, je m'attendais à des difficultés. Je m’apprêtais à souffler dans le plateau, à agiter les mains au-dessus de lui ... Mais Antonin, qui décidément est habitué à manipuler de l'eau dans tous ses états, a tout de suite une idée : il fait bouillir de l'eau dans la bouilloire, qu'il pose sur le plateau et ouvre en grand. "Voilà, ce qui s'échappe, là, en faisant de la fumée, c'est du gaz !"explique-t-il, satisfait.


2. Le moment est venu de dégager les caractéristiques de chacun de ces états. Je pose alors une question vache 🐮: "Pourriez-vous décrire les solides, en trouvant ce qu'ils ont tous en commun ?". Oui, c'est dur ...

C'est si dur, qu'on décide de commencer par trouver ce qui caractérise les liquides. Car cela saute aux yeux lorsqu'on regarde le plateau : les liquides sont tous contenus dans un verre.

"Les liquides ont besoin d'être dans des récipients", dit Antonin.

"Les liquides coulent", ajoute Louiselle.

"Le miel, c'est liquide ou solide ?", demande Antonin.

S'ensuit donc une manipulation-cracra-comme-il-se-doit : nous déposons du miel à même la table (le nôtre est du genre visqueux), et nous constatons qu'il se répand. Lentement, certes, mais sûrement. Puisqu'il n'est pas contenu dans un récipient, notre miel finit par faire une flaque. Nous recommençons avec du sirop d'agave - pour être sûrs - et tranchons : nous sommes en présence de liquides.

- Nous revenons à nos solides :

"Ah, ben c'est l'inverse, dit Louiselle. Ils tiennent tout seul, sans récipient."

Avec un peu d'aide, les enfants verbalisent le fait que les solides ont tous une taille et une forme. Nous manipulons les objets du plateau quelques minutes, histoire de constater à quel point les solides peuvent être différents les uns des autres : certains sont durs, d'autres souples, doux, translucides, lourds ...

"Et le sel ? demande Antonin. Si je verse du sel sur la table, il va couler partout. Il a besoin d'un récipient, mais ce n'est pas un liquide !" Nous tentons donc l'expérience derechef et versons du sel directement sur la table. Effectivement, nous constatons qu'au début cette substance se comporte comme un liquide, et se répand. "C'est parce que ce sont de tout petits grains", dit Louiselle. Mais au bout de quelques secondes, la matière s'organise et de petits tas s'érigent ... Nous nous souvenons d'ailleurs des immenses tas de sel que nous avions vu à Aigues-Mortes ... Le sel tient tout seul, ce n'est donc pas un liquide !

(Cependant, nous recommençons tout de même avec du sucre. Pour être sûrs. 😄)

- Nous terminons par le plus difficile : le gaz.

"L'air, c'est du gaz", dit Louiselle.

Nous peinons à aller au-delà de cette assertion et établissons donc une conclusion provisoire en disant que tout ce qui se comporte comme l'air est du gaz. Je demande aux enfants si l'air peut être contenu dans un récipient. Oui, bien sûr, sans hésiter. Les voilà qui partent en chasse avec des verres pour attraper l'air de la cuisine. 😅


"Mon verre est plein d'air, dit Louiselle.

- Prouve-le moi, dis-je,  parce que je ne vois rien. Peux-tu me faire sentir l'air ?"

Nous cherchons comment : nous respirons fort dans le creux de notre main pour sentir notre souffle contre notre visage, nous gonflons des ballons de baudruche, nous soufflons des bulles (avec la bouche et avec le nez), nous sortons au jardin pour sentir le vent sur notre visage.


"D'accord, dis-je. Vous m'avez convaincue. Les gaz sont souvent invisibles, mais on peut les sentir avec notre peau. Mais il y a une autre façon de sentir certains gaz, écoute bien : c'est avec ton nez. Tous les parfums sont des gaz ; tout parfum, agréable ou non, arrive sous forme de gaz dans ton nez. Nos yeux ne sont pas très forts pour détecter les gaz, mais notre nez s'en sort assez bien."


C'est le moment de glisser une petite leçon de sécurité domestique ! 🚫🚫🚫 "Attention, certains gaz sont des poisons pour l'homme. Par exemple, le gaz que nous utilisons en cuisine, le butane, est toxique. Si vous sentez une odeur déplaisante, attention : votre nez vous envoie un signal de danger. Éloignez-vous tout de suite, allez respirer de l'air frais et prévenez un adulte au plus vite."


Petit challenge pour terminer cette séance : "Peux-tu identifier dans ton corps les parties gazeuses, liquides et solides ?" L'exercice n'a posé aucune difficulté :

L'air des poumons et les flatulences : des gaz !

La salive, le pipi et le sang : des liquides !

Les os, les muscles, les cheveux et les dents : des solides ! 😊

Séance 2 : Une question de température



1. La fusion.

Notre regard se pose sur le glaçon qu'Antonin avait placé sur le plateau des solides en début de séance. À raison : un glaçon, c'est solide, pas de doute. Sauf qu'il est en train de fondre dans la douce chaleur de la cuisine, et qu'est-il donc en train de devenir ? Un liquide ! "Mais si je le remets au congélateur, dit Antonin, il redeviendra solide."

"Ah, mais alors, demandè-je. L'eau, c'est un solide, ou c'est un liquide ?"

Oui, c'est encore une question piège 🐮, dans laquelle les enfants s'empêtrent quelques minutes. Je les aide un peu : 

"Bon, quand Antonin a pris l'eau au congélateur, elle était comment ? 
- Solide !
- Et à présent, comment est cette eau ? 
- Liquide ! 
- Liquide, solide ... En fait ces mots disent comment est la matière en ce moment. Car la matière peut changer d'état ! Elle peut devenir liquide, puis solide, puis redevenir liquide. Mais qu'est-ce qui la fait changer comme ça ?
- ...
- Pourquoi le glaçon est-il en train de fondre ?
- Parce qu'il fait chaud !
- Ce qui fait changer la matière, c'est la température. Si la température monte, que se passe-t-il pour notre glaçon ?
- Il fond !
- Le solide se transforme en liquide. On dit qu'il fond, effectivement. Et si la température descend ?
- L'eau se transforme en glace !
- Le liquide se change en solide, il gèle."


Mais il n'y a pas que l'eau qui se comporte ainsi. Tenez, par exemple : la cire ! Elle fond à la chaleur de la flamme, et coule. Mais si je fais tomber une goutte de cire sur la table fraiche, elle se fige rapidement et redevient solide.


Et le beurre ! Dans le réfrigérateur, le beurre est solide. Mais si je le chauffe dans une casserole, il fond.


Et si j'attends quelques minutes, la casserole refroidit. Au contact de cette fraicheur, le beurre se fige à nouveau ...


Est-ce que tous les solides fondent ? Qu'en est-il des solides très ... solides ? Qu'en est-il des métaux, du verre, des roches ? Les enfants savent bien que nos minéraux fondent à des températures très élevées - Antonin aime répéter que la pyrite fond à 1777°C, et qu'elle résisterait même si on la jetait dans un volcan ! Nous visionnons à ce stade quelques petites vidéo sur Youtube : celle-ci montre une coulée d'acier en fusion, et celle-là la manipulation du verre liquide. Cette dernière montre de près l'écoulement de la roche en fusion (lave basaltique). Impressionnant !

2. L'évaporation.


Donc, les solides fondent en liquides ... Et si la température augmente encore ?

Je propose de faire bouillir quelques millilitres d'eau dans une petite casserole. Les enfants ne la quitte pas des yeux : elle frémit, elle s'agite ... Elle disparait !

"Encore !!"

Nous recommençons. Où est passé l'eau ? Elle est passé dans l'air sous forme de gaz ... En y prêtant bien attention, on pourrait sentir, d'ailleurs, que l'air de la cuisine est plus humide ...

Il en est de même des autres matériaux. Les métaux, par exemple, s'évaporent, mais à des températures extrêmement hautes !!

Chaque substance a une température spécifique pour changer d'état. Nous passons en revue les fiches d'identité des minéraux de notre collection qui précisent le point de fusion pour chacun d'eux : 1777°C pour la pyrite, 1650°C pour le quartz, 1565°C pour l'hématite ... La vapeur de roche est, quant à elle, produite par l'évaporation d'une roche en ébullition - comptez quelques 3000 ou 4000 gentils petits degrés Celsius pour assister au phénomène ... 😁

Séance 3. La matière


Pour conclure, je désigne le vaste monde d'un large geste théâtral : 

"Les solides, les liquides, les gaz ... Tout cela, c'est de la matière. Ce sont différents états de la matière. Le monde est constitué de matière, soit liquide, soit solide, soit gazeuse. Souvent, les choses ou les êtres sont un mélange entre ces trois états, comme nous, les humains."

"Mais c'est quoi, la matière ?, demandè-je après quelques seconde de pause savamment ménagée.
- Ben, c'est du liquide, ou du solide ou du gazeux, répondent les enfants finement.
- Oui, mais peut-on la définir autrement ?"

Je sais, j'enchaine les questions 🐮🐮🐮, et franchement, la réponse à cette question est très difficile. Je les guide en les encourageant à regarder les objets autour d'eux.

"On peut dire que la matière, ça prend de la place.", lâche finalement Antonin.

Yes.

"Mais alors tout est matière, dans notre monde ? Pourriez-vous me citez une chose qui ne soit pas de la matière ? Qui ne prenne pas de place ?

Et bien, croyez-moi si vous voulez, mais Antonin m'a répondu du tac-au-tac :

"La lumière !"

Je n'en revenais pas !! 

"Et le son.", a-t-il enchainé. 😶😶😶

En regardant autour de nous, nos yeux sont tombé sur le poêle allumé et nous avons trouvé un troisième exemple : la chaleur. Nous observons la flamme : qu'est-ce que c'est ? C'est de la chaleur et de la lumière. La flamme n'est ni solide, ni liquide, ni gazeuse.

"C'est de l'énergie. L'énergie n'est pas de la matière, c'est une autre chose que l'on trouve dans l'univers. Notre monde est composé de matière et d'énergie."

*
**

Fin de l'épisode. Merci à ceux qui l'ont lu jusqu'au bout ! 😄

Je souhaitais terminer par deux remarques rapides :

1. Comme je le disais plus haut, cette séquence était savamment orchestrée. Pour tout vous avouer, je l'avais même écrite - enfin, j'avais griffonné sur une petite fiche la manière dont les différents concepts abordés étaient liés les uns aux autres. 

Pour être complètement honnête, je n'ai compris qu'à 30 ans la conclusion qu'ont construite mes enfants lors de cette séquence : nous, les Hommes, percevons deux dimensions à notre monde physique, qui sont la Matière et l’Énergie. Voici la base de notre Science, et c'est de ces concepts que va découler tout le reste : l'étude de la nature de la matière, bien sûr, mais aussi la science de la vie, la science physique, l’ingénierie et la technologie, et l'étude de la Terre et de l'Espace. 

Dire qu'on me demandait de "faire des sciences" alors qu'on ne m'avait jamais expliqué cela ! J'avais toujours l'impression de n'y rien comprendre et j'avais la certitude d'être nulle ... Je sais aujourd'hui qu'il n'en était rien !! (J'ai d'ailleurs épousé le plus grand des scientifiques, et nous parlons Sciences à tout va ! Na !).

2. Voulez-vous savoir ce qui fut le plus magique lors de cette séquence ? Ce fut de voir mes enfants s'émerveiller au spectacle de quelques gouttes d'eau en ébullition au fond d'une casserole. Mais oui : pour cette séquence, nul "effet spécial" ne fut requis... Mais la Nature, toute brute, toute simple, avec ses glaçons qui fondent et sa cire qui ruissèle, est autrement plus captivante qu'une expérience tralalaboum-boum (je suis sûre que vous voyez ce que je veux dire ...).

Expériences tralalaboum-boum (que nous aimons beaucoup - beaucoup quand même !! 😁 )

C'est peut-être ça, grandir : s'émerveiller de l'ordinaire.

Ils grandissent, mes petits !! ❤❤❤

😊
lire la suite ...

dimanche 9 décembre 2018

Cartes de nomenclature : les cucurbitacées


Dans mon potager idéal, il y aurait un pied de chaque type de courge connue.


Même si je sais que cela est parfaitement impossible, je travaille depuis plusieurs années à la constitution d'une banque de graines. Pour certaines variétés, nous en sommes à la deuxième, voire à la troisième génération : les fruits récoltés cette année sont issus de graines provenant des fruits de notre jardin, qui eux-mêmes étaient issus de graines dont les fruits avaient poussés au jardin, dont les graines ... C'est une fierté sans nom ! 😊

Attention cependant : sachez que la plupart des plants vendus dans le commerce sont des hybrides modifiés pour être stériles 😒 ... Lisez attentivement les petites lignes, et passez votre chemin si vous y lisez la notification "F1". Le mieux est de récupérer des graines à droite à gauche, chez des voisins, des parents ... Parfois, récolter les graines des fruits achetés en magasin bio marche très bien - mais parfois non. 😁

En tout cas, cette quête est passionnante et implique toute la famille : les enfants adorent récolter les graines, les faire sécher, les dégager ensuite de la chair racornie ... Et puis ils observent les différences et les similitudes : oh, que la graine de la butternut est petite ! Celle du petit potimarron, par contre, est presque aussi dodue que celle du potiron géant ... C'est l'activité idéale, enfin, pour initier aux cycles de la vie et sensibiliser à la richesse de notre biodiversité.


Oui, la famille des cucurbitacées est vraiment fascinante. Saviez-vous par exemple qu'elle englobe les pastèques et les concombres ? Connaissez-vous la différence entre un potiron et une citrouille ? Sauriez-vous nommer la courge préférée des Japonais ? Connaissez-vous les noms de nos melons communs ?


Autant de merveilles de la Science que vous découvrirez en famille en manipulant les cartes de nomenclature !! ❤❤ Il vous suffit de les télécharger ICI, d'y ajouter un soupçon de curiosité ... Consommez sans plus attendre, la fin de l'automne est proche !😊


Attention au format de ces cartes : telles que je les ai fabriquées, elles sont grandes !! Je les imprime pour ma part avec une mise en page de 2 pages par feuille, de manière à obtenir des cartes plus petites.


Comment utiliser ces cartes ?

1. Avec les plus petits, imprimez-les en format original et en deux exemplaires. Votre enfant s'exerce à mettre en paire les images identiques

2. Il peut également faire correspondre une image et un objet réel - un seul jeu de cartes est alors requis.  Il n'y a pas que les bébés qui aiment cet exercice, et à chaque fois que nous consommons une courge, nous ne manquons pas de chercher sa carte dans notre collection.

3. L'enfant lecteur lit les noms, tout simplement. Pour Lousielle, 6 ans, c'est un vrai bonheur ! Elle est à ce stade où elle découvre qu'elle peut lire tout ce qu'elle veut - elle ne s'en prive pas, et je dois batailler d'ailleurs pour qu'elle ne lise pas toute la nuit dans son lit !


4. Aujourd'hui, après que Louiselle eut donc déchiffré les 20 légendes, nous avons joué à un petit jeu : combien d'espèces de courges les enfants sauraient-ils nommer ? Je brandissais les cartes en cachant la légende avec ma main, et ils essayaient de nommer le fruit. J'ôtais ensuite ma main pour qu'ils puissent lire la réponse. C'est une situation très simple, mais ils ont adoré et nous avons repassé ainsi la série plusieurs fois.

5. Je leur ai ensuite proposé de couper la légende au bas de chaque carte. Sauraient-ils mettre en paire chaque nom avec l'image du fruit correspondant ? Cet exercice est en fait beaucoup plus facile que le précédent, puisque l'enfant a le nom de chaque fruit sous les yeux. Il est donc extrêmement valorisant !


Il reste à s'auto-corriger en retournant les cartes : au dos de chacune, avant la plastification, j'ai collé une gommette à cheval sur le trait qui sépare l'image de la légende. Lorsque les deux moitiés de gommette coïncident, c'est gagné !


Si ces cartes vous plaisent, je vous invite à (re)découvrir celles que j'avais réalisées sur les fruits et légumes d'automne. Elles servent toujours régulièrement chez vous, et il est très important, pour les enfants, de savoir si tel ou tel fruit est "de saison" ou non !! 😊

Enjoy, et belle semaine chez vous !
lire la suite ...

vendredi 7 décembre 2018

{ Ce moment }


Louiselle, 6 ans :

"Maman, moi, j'aimerais TROP être un "gilet jaune".

- Ah oui ? Pourquoi?

- Parce que je suis PAS D'ACCORD !!!"

😅😅😅
lire la suite ...

mardi 4 décembre 2018

L'élection du Président Peluche


J'essaie de me souvenir : depuis quand cette idée couve-t-elle dans les esprits de mes enfants ? Depuis les élections présidentielles de l'année dernière ? Celles des représentants d'élèves à la rentrée ? Quand fut-il décidé que nous allions la mettre en œuvre, et par qui ???

Toujours est-il qu'il fut décidé un beau matin que les Peluches allaient procéder à une grande élection présidentielle. 😄Je ne sais plus qui en a eu l'idée exactement, mais je sais que ce n'était pas moi. Cependant, je ne fus pas la moins enthousiasmée par le projet, et décidai d'emblée de prêter main forte aux enfants afin que le déroulé du vote soit le plus réaliste possible : ce n'est pas tous les jours qu'on a une telle occasion de former le futur citoyen à travers le jeu et de vivre un suffrage de l'intérieur pour de vrai ... enfin ... presque. 😊

Profitons-en, car comme dirait Antonin, la prochaine fois, c'est dans 5 ans ! 😄


Les enfants choisirent eux-mêmes, spontanément, trois candidats sérieux, sélectionnés parmi les plus charismatiques du peuple des Peluches. Je suggérais alors de rédiger des affiches électorales, ce qui fut fait avec un enthousiasme total.


J'essayais ensuite d'amener l'idée que chaque concurrent pourrait faire un petit discours, pour expliquer brièvement aux Citoyens-Peluches en quoi son mandat leur serait profitable. L'exercice s'est révélé franchement difficile pour les enfants, et je n'ai pas insisté. Il faut dire que ces Doudous vivent dans un tel pays de cocagne, qu'on ne voit guère, au premier abord, comment leur quotidien pourrait être amélioré par telle ou telle promesse ... Damoiseau et Damoiselle se mirent néanmoins d'accord pour attribuer à chaque candidat un qualificatif ... euh ... original.


Nous voilà donc avec un Mignon, un Intelligent, et un Fort. 😶😁


Mais : pour voter, il faut une carte d'électeur. Absolument. Bien sûr, les enfants savent pertinemment qu'ils n'ont pas encore le droit de vote, mais nous imprimons et fabriquons ces cartes très réalistes chez Ekladata, et c'est un vrai moment de joie ! C'est aussi l'occasion d'observer de très très près ma propre carte électorale en vue de la reproduire : oui, elle est délivrée par le ministère de l'Intérieur himself, oui on y inscrit TOUS les prénoms et l'adresse complète, et oui, il faut la signer, génial ! (Et aussi imiter la signature du maire, hahem ...).

Petit jeu rigolo : avez-vous déjà calculé avec votre enfant le nombre d'années qui le sépare de son premier scrutin ? Si oui, ne trouvez-vous pas ce chiffre (quel qu'il soit) incroyablement ridicule ? Quand on dit que nos enfants sont les citoyens de demain, on ne réalise pas toujours à quel point ce "demain" est ... proche ... Non ? 

En tout cas, à l'issue de cette fabrication, les enfants sont très fiers et pas loin de penser, eux-aussi, que leur majorité est à la porte ... ! 😄


La carte d'électeur nomme le lieu précis du scrutin, ce qui est l'occasion d'aborder le déroulé de manière concrète : "Où se trouve le bureau de vote dans notre commune, vous souvenez-vous ? Qui y avait-il/Qu'y avait-il à l'intérieur ? Qu'y faisions-nous et dans quel ordre ?

Les enfants égrainent leurs souvenirs et reconstituent les différents espaces et leur utilité. Une fois qu'il sont énumérés tout ce dont nous allons avoir besoin pour mener à bien notre opération électorale, je les aide à matérialiser tout cela :

Voici donc ci-dessous la table où sont déposés les bulletins "réglementaires" (hum, hum) au nom des trois candidats :


Dans un angle de la chambre, nous installons un isoloir, dans lequel chaque électeur se rendra pour choisir son bulletin en toute intimité :


Maman-chatte est l'assesseur qui vérifie l'identité de tous les citoyens et leur fait signer le registre - une simple feuille de papier sur un clipboard fait parfaitement l'affaire. Léopard-des-neiges, président du bureau de vote, se tient devant la boite à chaussure l'urne et scande "A voté !" toute la journée. Tout le monde s'accorde pour dire qu'il est super-classe. 😍


Les électeurs sont très mobilisés, et font patiemment la queue dans le couloir. D'ailleurs, il n'y aura qu'un seul abstentionniste : Chien-à-gros-yeux, que l'on retrouvera le soir endormi au fond du lit de Louiselle. Nous voilà donc avec 98,3 % de taux de participation, ce n'est quand même pas mal !? 😂


Les enfants commencent par voter eux-mêmes, avec beaucoup de fierté (et leurs cartes flambant neuves). Puis ils procèdent aux mêmes gestes, quelques 50 fois en tout, sans le moindre de signe de lassitude :


L'électeur prend un bulletin de chaque candidat, puis se rend dans l'isoloir. Il choisit alors un papier, qu'il plie soigneusement en quatre et jette les autres dans une corbeille prévue à cet effet.

À ce stade des opérations, les enfants se souviennent de l'existence des enveloppes électorales, mais le jeu est lancé : nous ferons sans enveloppe !


L’électeur fait ensuite vérifier son identité par l'assesseur. Les Peluches ont TOUTES des cartes d'identité, voyez-vous, oui. Mais ce sont des cartes imaginaires. Beaucoup plus pratiques. 😄


Puis c'est le grand moment : l'électeur dépose son bulletin dans l'urne face au président de vote qui énonce son nom cérémonieusement ...


"A VOTÉ !! ..."


Reste à signer le registre ...


(Dans le monde des Peluches, le registre est un peu plus brouillon que le nôtre, vu de l'extérieur. Mais elles s'y retrouvent très bien.)


... et à tamponner la carte d'électeur.


Le scrutin est marqué par quelques moments fort : d'abord lorsque Papa en personne vient voter avec sa vraie carte d'électeur et tout le sérieux de rigueur ... 😄

... Ensuite lorsque les candidats eux-mêmes se présentent. "Ah, oui, les candidats, ils votent aussi ?! Mais alors, ils vont voter pour eux-mêmes, hi hi !!".

Très certainement. 😊


En tout cas, les membres du Bureau sont très émus et se précipitent pour se faire photographier avec les stars du jour. 😄

On remarque, bien sûr, qu'Etoile de Feu a une mine épouvantable et que Grand Cheval Marron est un peu nerveux. Par contre, le candidat Noisette est toujours aussi mignon. Quel est son secret ??


Toutes les peluches ont voté, mais le marathon n'est pas terminé. L'heure du dépouillement a sonné !


L'enthousiasme des enfants ne s'est pas essoufflé une seule seconde ... Le vocabulaire du bureau de vote (carte électorale, urne, assesseur ...) a été ingurgité sans y penser. La disposition du bureau de vote et le déroulé du scrutin se sont clarifiés dans leur esprit grâce au jeu en situation ...

Ah, mais je parle, je parle, et vous vous demandez sans doute qui est l'heureux élu ?? 😉

A deux doigts de la majorité absolue !

"Bon, dit Antonin, maintenant il faut organiser un deuxième tour, c'est ça ??" 😅
lire la suite ...