Rite de passage : entrée en 6e

August 31, 2021


Quel est le propre de la vie, d'après vous ? 😉
 
Moi, je répondrai : c'est le changement. La seule chose dont nous soyons sûrs, c'est que ce que nous vivons en ce moment (sensations, sentiments, préoccupations, activités ...) aura une fin, et évoluera en autre chose. Le changement, qu'il soit physique ou comportemental, est la base du vivant - et donc de nos êtres, humbles humains que nous sommes.
 
Mais les humains, sous leur arrogance de surface, sont en réalité des êtres fragiles face au changement. Le changement les menace dans leur intégrité et les effraie - l'Homme n'aime pas "lâcher", et de ce fait, se débat beaucoup inutilement. Pour s'aider lui-même à vivre le changement nécessaire et constitutif de la vie, l'Homme a inventé un truc formidable : le rite de passage, qui célèbre et l'autorise à jouir de chaque changement majeur lorsqu'il survient. Célébrer et jouir, au lieu de résister vainement ! Vous ne trouvez pas que c'est une de nos plus belles inventions, et la plus utile ?? 😊

Les rites de passage émaillent notre vie car nous ne cessons d'être confrontés au changement. Mais c'est évidemment à l'adolescence qu'ils sont le plus significatifs : l'obtention du baccalauréat, du permis de conduire, ou l'ouverture du premier compte bancaire, ne sont-ils pas des rites initiatiques modernes ? Il me semble que oui. Et je songe qu'en grandissant, l'enfant doit endosser divers rôles sociétaux exigeants et complexes. N'est-il pas vital pour eux que nous les aidions à les modéliser dans de petits rites de passage ?

Après avoir reçu le mail de Marie, retranscrit ICI, j'ai pas mal lu sur les rites d'initiation, et j'ai découvert qu'ils comportent tous trois étapes principales :

1. La séparation : l'individu se sépare de l'environnement familier.
2. La transition : le participant perd son ancienne identité, sans en construire de nouvelle encore. C'est une période de confusion et d'isolement, que le rite représente toujours symboliquement d'une manière ou d'une autre, pour aider l'individu à la traverser.
3. L'incorporation : l'individu sort de sa période de transition pour être intégré dans sa nouvelle communauté, sous une nouvelle identité.

Hier, nous avons vécu une journée formidable : nous avons concocté à Antonin un rite de passage sur mesure, dont il sortit collégien. Ce fut très simple, et très très fort à la fois, et je me suis aperçue que les trois étapes décrites précédemment était bien présentes dans le déroulé ! 😊

Je vous raconte ?

1. Le réveil en fanfare

 

Au saut du lit le matin, je me suis glissée dans la chambre de Louiselle. Nous nous sommes déguisées grossièrement (hop, un tissu coloré noué sur les épaules !) et nous avons choisi de petits instruments de musique : sifflets, maracas, triangles ... Nous nous sommes mise à faire du bruit !, et nous avons fait irruption dans la chambre d'Antonin. On s'époumonait dans nos sifflets ! On secouait nos maracas ! On tournait autour du Damoiseau estomaqué façon "danse tribale" !! Il était aussi surpris que ravi, et lorsqu'il y eut le premier tout petit silence - le temps que nous reprenions notre souffle - il s'est écrié : "Et bien, je ne m'attendais pas à ça !". 

Je lui ai ensuite annoncé solennellement qu'aujourd'hui serait un grand jour : ce soir, il se coucherait collégien !! A condition, bien sûr, de remporter toutes les épreuves que nous lui avions préparées ... 😉

2. Le trajet jusqu'au collège

 

Génial : Papa avait acheté des viennoiseries à la boulangerie, et le petit déjeuner nous attendait lorsque nous descendîmes - Louiselle et moi, toujours en mode "groupies fofolles", avec nos capes et nos sifflets.
 
Après le petit déjeuner,  tous à vélo, direction le collège ! Nous avions déjà fait la route domicile-collège à pied la semaine dernière, histoire qu'Antonin s'imprègne de la route, et que nous sachions le temps que cela lui prendrait. En théorie, il n'aura pas à faire la route à pied, mais sait-on jamais ? Je préfère qu'il sache le faire, cela me semble important. Bilan : il faut quarante minutes pour relier la maison au collège à pied. Ce qui prouve que ce n'est pas le bout du monde.

Et à vélo, la durée du trajet tombe à 20 minutes. Ce fut une chouette balade en famille, et on n'a pas oublié de faire un selfie mémorable devant le portail désert ! 😁 Cependant, la petite excursion nous a éclairés, nous les parents, sur le fait que le vélo n'était pas le moyen de transport idéal pour la faire. La rue principale de la commune du collège est très étroite et très très passante, et puis Antonin doit emprunter un souterrain qui suppose qu'il porte son vélo sur un long tronçon. Bref : il se peut fort que notre Damoiseau reçoive une trottinette pour Noël ... 😉

Encore une fois, Antonin n'aura pas, normalement, à faire ce trajet, puisqu'il prendra le car. Mais il était important pour nous de relier symboliquement la maison au collège avec des moyens à sa portée. Si Antonin sait rentrer, il ne sera jamais perdu. Je ne serai pas étonnée que dans quelques années, il souhaite rentrer tout seul, soit pour arriver plus tôt, soit pour s'aérer un peu l'esprit après sa journée de cours.
 
Vous avez vu : c'est la première étape du rituel, la séparation, qui induit un mouvement hors de sa zone de confort, hors de son chez soi. Les premières fois, Antonin aura fait le trajet avec nous. Maintenant, il peut, s'il le souhaite ou s'il le doit, faire le chemin tout seul.

3. Le rituel en 5 manches


De retour à la maison, Antonin est très impatient de commencer à relever les épreuves que nous lui avons préparées !

Je lui explique que le jeu se déroulera en 5 manches. Chacune de ces manches comporte trois étapes :

1. Un défi d'adresse physique, un "exploit reconnu de tous" !! 😄
2. Un quiz concernant la vie au collège.
3. Un avantage - illsutrant la frontière symbolique entre le petit qui ne peut rien faire et le grand qui a tous les droits (Ni l'un ni l'autre n'existe en vrai, nous sommes bien d'accord !! 😄)

PREMIÈRE MANCHE

A. Le défi physique : L'épreuve du self


Mes enfants n'ont jamais mangé à la cantine, et il est bien évident que c'est là une grande nouveauté pour Antonin ! Impossible de ne pas marquer le coup !

Louiselle et moi installons rapidement, sur la table du jardin, une sorte de self-service - on dispose tout un tas d'assiettes et d'ingrédients factices. Antonin est invité à "entrer", à prendre un grand plateau ("Et qu'est-ce qu'on dit ? Et oui, on dit bonjour au personnel, voilà ..."), et à se servir. Mais Louiselle et moi sommes deux dames de cantine très généreuses. Très très généreuses. On le trouve un peu maigre, ce Damoiseau, voyez-vous. On remplit son plateau jusqu'à le faire déborder : "Reprends donc du fromage, mon petit, et encore une autre part ! Aujourd'hui, y a du rab' !! Tu veux plus de fruits ? Si, tu veux ! Prends, prends, n'hésite pas !! Prend carrément toute la pile de verres, au cas où tu aies très soif !!  Et toutes les fourchettes !!" Antonin, d'abord ébahi, joue rapidement le jeu ... et se doute de la suite. 
 

Et oui, à présent que le plateau est bien lourd, il va devoir le porter jusqu'à la table du réfectoire, où l'attendent ses copains ... Mais pour y parvenir, nous lui avions installé un petit parcours d'obstacles : passer dessus, dessous, enjamber, contourner ... Le tout avec le plateau dans les mains et sans rien faire tomber, bien entendu.
 

B. Le quiz :


L'idée n'est pas de mettre Antonin en difficulté, vous l'avez compris ! Mais plutôt de le faire rire, de dédramatiser, et de lui prouver qu'il sait beaucoup de choses sur son nouvel environnement.
 

À chaque bonne réponse, Louiselle lui applique un bouchon de liège carbonisé (et refroidi !) sur le visage. Ce joyeux barbouillage permet d'illustrer symboliquement la phase 2 du rituel, celle de la confusion : Antonin porte sur son visage des traces qui ne sont pas admises socialement, d'ordinaire. Il est différent et isolé - enfin, jusqu'à ce que Louiselle craque, et décide de se barbouiller, elle aussi. 😏 Forcément, c'était trop tentant.

C. L'avantage :
 
 

DEUXIÈME MANCHE

 
A. L'épreuve physique : Antonin doit dégommer trois fois une bouteille en plastique à l'aide d'un arc et d'une flèche. 

 
Il a droit à un nombre illimité d'essais - le but de la journée, c'est de le mettre en situation de réussite !  Mais une fois qu'il a pris le coup, il enchaine les succès. C'est beau de voir la bouteille voler sous le coup : une belle allégorie de sa puissance ... en puissance. 😉
 
B. Le quiz ...


... et les tâches qui tâchent :


C. L'avantage


TROISIÈME MANCHE


A. L'épreuve physique : Il est midi et nous déjeunons. À la fin du repas, j'explique à Antonin qu'il n'aura pas de dessert ... parce que l'épreuve suivante EST le dessert !!
 

Il s'agit d'un blind test : sauras-tu reconnaitre le nom des barres chocolatée les yeux fermés ?
 
"Ahhh ... J'attends mon chocolat, dépêche-toi !!"
 
Bon, forcément, on veut tous jouer ! Il n'y a pas souvent de friandises de ce type chez nous, pas question de s'en priver !!
 

Une fois le chocolat en bouche, le testé a les yeux débandés. Le testeur garde en main le papier d'emballage, bien caché, qui servira à vérifier la réponse. Un chocolat de chaque sorte est laissé sur la table : alors, à ton avis, lequel est celui que tu es de train de déguster ?

B. Le quiz


C. L'avantage :
 

Oh joie de l'enfant qui n'a "que" un euro par semaine ! 😄
 
 
Cinq euros d'un coup, c'est du jamais vu, et c'est le début de la richesse ! 😄

QUATRIÈME MANCHE


A. L'épreuve physique : Le collège d'Antonin a un nom - disons qu'il s'appelle Jules Ferry, même si ce n'est pas cela. 😉 Je voulais que le Damoiseau ait quelques repères culturels concernant ce personnage, et nous commençons le défi par un petit débriefing : que sais-tu de ce Monsieur ? Quel était son métier ? En quelle époque a-t-il vécu, à ton avis ? Etc. Je complète ses connaissances par quelques faits biographiques marquants, et j'offre solennellement au Damoiseau un livre de (ou sur) Jules Ferry - ou sur le Général de Gaulle, ou de Jacques Prévert ... Mais vous avez compris l'idée.

L'épreuve est la suivante : Antonin doit choisir une page, et nous la lire en la déclamant, avec tout le sérieux et l'emphase de circonstance. La prestation est filmée. 

Et bien, je pensais que mon Damoiseau serait intimidé, mais pas du tout ! 😄 Où est passé mon garço si réservé ? Il s'est pris au jeux, on ne parvenait plus à l'arrêter - et sa sœur a voulu révéler le défi, elle aussi. (Après tout, ce collège sera aussi le sien dans deux ans ...)

B. Le quiz


... et les tâches ...


C. L'avantage :


CINQUIÈME MANCHE


A. L'épreuve physique : nous demandons très simplement à Antonin de refaire le parcours d'obstacle de la première manche - mais il tient une cuillère dans la bouche, avec une balle de ping-pong en équilibre qu'il s'agit de ne pas faire tomber. (Quelques bonus sont accordés en cas de chute) (En fait, tous les bonus du monde sont accordés, il ne s'agit évidemment pas de mettre l'enfant en échec !!)
 

Et puis, Louiselle veut le faire aussi. Deux fois. Cela devient une habitude. 😏

B. Le quizz


... et quelques tâches pour la route ...


C. L'avantage :

 
Y'a plus qu'à décoder, c'est facile ...
 

Dans son cartable, Antonin découvre, entre son agenda et sa trousse : le Guide du collège d'Okapi, un jeu de clefs de la maison, un portefeuille contenant sa carte de transport et sa carte de médiathèque, et son MP3 rechargé de musique toute neuve - dont une playlist "spécial collège".
 

C'est la troisième étape de notre rituel : l'individu revêt les attribut propres à son nouveau groupe, et, à travers eux, sa nouvelle identité. ❤😄
 

4. Le grand saut

 

Directement emprunté au rituel de Marie, voici le clou du rite de passage, qui clôt notre célébration : le grand saut du CM2 au collège !! Qu'Antonin a effectué plusieurs fois, histoire d'être sûr ... 😉 
 
 
Et bien sûr, Louiselle a sauté du CE2 au CM1, il n'y a pas de raison, hein !! 😂
 

La boucle est bouclée : nous comptons désormais un collégien dans notre foyer. C'est un grand honneur ! 😊

You Might Also Like

13 comments

  1. Comme d habitude c est magnifique, tellement de poesie et d amour dans ces odées 👍

    ReplyDelete
  2. Merci, c'est super de partager ça avec nous, quelle créativité!

    ReplyDelete
  3. Merci beaucoup pour ce partage très inspirant !

    ReplyDelete
  4. Bonjour Elsa, merci pour ce partage; du coup je garde tes nouvelles idées pour mes futures collégiennes!!! heureuse d'avoir suscité chez toi cette idée de rite d'initiation! bon il me reste maintenant à en concocter un nouveau pour ma nouvelle CP!

    ReplyDelete
  5. Génial ! J'aurais presqu'envie que mon fils rentre en 6ème demain ! Bon, nous allons commencer par la moyenne section et nous verrons après 😉 Merci !

    ReplyDelete
  6. J'adore ce rituel, quelle belle journée! Merci pour ce partage, et bonne rentrée en 6ème et en CM1 aux enfants.

    ReplyDelete
  7. Mais c'est excellent!!! tu as toujours de ces idées!!!! juste génial ce rite de passage!!! et bien on y est pour bientôt, alors je souhaite une bonne rentrée à ton Antonin, et bien évidemment une bonne rentrée à Louiselle également!
    On aura une pensée pour vous tous demain et on vous enverra des good vibes de notre plateau matheysin pour que la rentrée soit douce pour chacun!

    ReplyDelete
  8. Super idée !
    Bonne rentrée aux enfants et à leur maman 😊

    ReplyDelete
  9. Bonjour Elsa, quelle belle fête !
    Je te disais dans mon précédent message que je réfléchissais à un rituel pour l'entrée de mon fils en CP.
    Nous nous sommes largement inspirés de tes propositions :
    - parcours d'obstacles avec un plateau de cantine car c'est la nouveauté aussi cette année. Paul a rajouté un étape de tri entre légumes, féculents et autres ! Hé hé !
    - reconnaître sur le trombinoscope la directrice, la gardienne, ...
    - vérifier que son cartable est complet avec le défi de trouver et sortir le plus vite possible ce qui est demandé par la maîtresse "sortez votre pochette verte et votre stylo bleu!"
    - choisir ensemble sa tenue de rentrée et les préparer soigneusement
    - écrire son nom de famille en attaché avec un modèle pour étrenner son nouveau bureau
    - et enfin le grand saut entre la GS et le CP, refait plusieurs fois y compris avec le cartable.
    Quelques petits avantages qui ont fini de lui mettre un sourire jusqu'aux oreilles jusqu'au coucher (un spectacle en famille, une soirée cinéma où il peut choisir le menu de A à Z, une sortie en forêt pour écouter le brame du cerf, 1 euro d'argent de poche)
    Merci merci pour cette inspiration et ce partage je suis ravie de m'être lancée également.
    Encore belle rentrée à vous!

    ReplyDelete
  10. ha ha moi aussi j'ai repris l'idée du plateau de cantine à porter, que j'ai trouvée excellente! et du coup j'ai aussi proposé à la fille un parcours d'obstacles avec le cartable sur le dos! j'ai aimé l'humour que tu as mis dans tes qcm, elsa, et j'ai du coup concocté des qcm pour CP avec des réponses rigolotes également! comme autres épreuves physiques, j'ai aussi proposé un lancer de trousses (!! ben oui la trousse c'est aussi un nouvel attribut de l'ex élève de maternelle), et un kim toucher (retrouver les lettres CP parmi d'autres, cachées dans un sac en tissu); voilà!

    ReplyDelete
  11. nos enfants grandissent, et les problématiques changent... dans quelques années tu nous écriras peut-être un article sur le téléphone elsa!!! (mon fils entrant en 5ème n'en possède pas mais la question se pose bien sûr) ; ah et tiens je vois que tu dis dans la blog que tes enfants reçoivent 1 euro d'argent de poche cela aussi ce serait un sujet à discuter!! ici on n'a pas encore fait le choix d'en donner mais on s'interroge...

    ReplyDelete
  12. tes enfant n'ont jamais mangé à la cantine elsa? j'ai été étonnée quand j'ai lu cette phrase... est-ce un parti-pris? quelle alternative avez-vous trouvée? cela serait intéressant d'en discuter...

    ReplyDelete
  13. j'écris des messages saucissonnés ce soir ;) au sujet du rituel passage maternelle/CP, j'ai oublié les "avantages" : de jolies gommettes pour personnaliser l'étiquette du cartable / droit à un dessin animé un soir d'école après les devoirs / trois bonbons à déguster de suite / enfin nous lui avons offert un petit galet porte bonheur à glisser dans sa trousse, que nous avons tous décoré/signé

    ReplyDelete